Chaque région linguistique aura désormais son "mot de l'année"


 Toute l'actu en bref

En 2016, l'expression "Brexit" avait été désignée comme l'une des plus courantes en Allemagne (archives).

KEYSTONE/EPA DPA/SUSANN PRAUTSCH

(sda-ats)

L'expression de l'année sera désormais déterminée pour chacune des quatre régions linguistiques de la Suisse. Pour ce faire, la Haute école zurichoise des sciences appliquées utilisera une banque de données multilingue des médias et étudiera le discours parlé.

"Notre corpus de données swiss-AL est maintenant suffisamment au point pour élargir nos recherches aux quatre langues nationales", se réjouit Daniel Perrin, professeur à la haute école ZHAW, contacté jeudi par l'ats. Il se nourrit des publications et diffusions dans les médias suisses ainsi que dans les médias sociaux en Suisse.

Enregistrer le discours oral pour détecter les nouvelles tendances lexicales en langage parlé sera moins évident. "Nous aurons besoin d'études à ce sujet", explique le linguiste.

Jury multilingue

Amateurs ou professionnels, les linguistes pourront en outre faire part de leurs propositions sur un site internet. Sur cette base élargie, un jury multilingue déterminera l'expression ou le mot de l'année pour chaque région linguistique, précise Daniel Perrin. Son choix sera communiqué à la mi-décembre.

Jusqu'à présent, seuls les Alémaniques disposaient chaque année d'une expression favorite de l'année, liée à l'actualité et à l'évolution de la société. "Les mots reflètent notre façon de fonctionner, comme individu et comme société", observe Daniel Perrin.

Véritable tradition dans les pays germanophones et anglophones, l'expression de l'année avait été lancée en 2003 en Suisse alémanique par le bureau "Wort des Jahres" ("Mot de l'année"), à Vaduz (FL) et la station de radio alémanique SRF3. La ZHAW, basée à Winterthour, prend le relais dès cette année, sous la direction de Daniel Perrin. La haute école zurichoise garantira ainsi un fondement scientifique à la démarche, écrit-elle.

ATS

 Toute l'actu en bref