Toute l'actu en bref

Les kamikazes ont frappé Qaa, un village libanais à 04h00 du matin (03h00 en Suisse). Au moins 6 personnes ont perdu la vie.

googlemaps

(sda-ats)

Une série d'attentats-suicide menés par quatre kamikazes ont coûté la vie lundi à cinq personnes dans un village à majorité chrétienne dans l'est du Liban. La série d'explosions s'est produite avant l'aube à Al-Qaa, un village de la région de la Bekaa,

"Le premier assaillant a frappé à la porte de l'une des maisons, mais face à la méfiance des habitants, il a déclenché sa ceinture explosive", a indiqué une source militaire. Alertés, les habitants se sont rassemblés sur les lieux, à une centaine de mètres de l'église, et c'est à ce moment-là que les trois autres kamikazes sont entrés en action, a ajouté cette source.

Le maire d'Al-Qaa, Bachir Matar, a indiqué que deux des kamikazes s'étaient fait exploser lorsque "les habitants se sont réunis pour soigner les blessés". "Nous avons poursuivi le quatrième assaillant et tiré sur lui avant qu'il ne se fasse sauter", a-t-il ajouté.

Armée déployée

"Mon voisin prenait son souhour (petit déjeuner du Ramadan avant l'aube) lorsqu'il a vu des assaillants dehors. Il est sorti pour leur parler mais il a rapidement compris qu'ils cherchaient des problèmes", a raconté un habitant. "Son fils est sorti avec son fusil de chasse et a tiré sur eux. J'ai entendu des tirs et des explosions", a-t-il ajouté.

Selon Georges Kettaneh, secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, "au moins 8 personnes dont trois kamikazes ont été tuées et 15 ont été blessées". Quatre blessés sont des soldats, a par ailleurs précisé l'armée libanaise.

Un correspondant de l'AFP sur place a constaté que les forces de sécurité libanaise s'étaient déployées à la suite de cette attaque, qui n'avait toujours pas été revendiquée lundi en fin de matinée.

Camp de réfugiés syriens

Al-Qaa est situé sur le principal axe routier reliant la ville syrienne de Qousseir à la Bekaa libanaise. Cette localité est majoritairement chrétienne mais un quartier est peuplé de musulmans sunnites et des réfugiés syriens ont établi un camp à sa périphérie.

Comme de nombreuses autres localités de l'est du Liban, Al-Qaa n'est pas épargné par la guerre en Syrie. "Le village est toujours sur ses gardes et nous surveillons nos maisons avant d'y entrer", a expliqué lundi un habitant .

La zone frontalière a été le théâtre de multiples heurts entre l'armée libanaise et des groupes djihadistes comme le Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al Qaïda) ou le groupe Etat islamique (EI).

sda-ats

 Toute l'actu en bref