Toute l'actu en bref

Au moins 30 soldats ont été tués dans des combats déclenchés dans la nuit de vendredi à samedi le long de la frontière du Nagorny-Karabakh entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes. Le président russe Vladimir Poutine a appelé à un "cessez-le-feu immédiat".

"Au cours des combats avec les forces armées azerbaïdjanaises, de notre côté, 18 militaires arméniens ont été tués et environ 35 blessés", a annoncé le président arménien Serge Sarkissian lors d'une allocution télévisée.

"Il s'agit des plus graves combats armés depuis la mise en place d'un cessez-le-feu en 1994", a-t-il ajouté. Il a précisé que "la situation restait tendue" sur la ligne de démarcation, où se poursuivaient les affrontements.

Garçon de 12 ans tué

Au moins "douze soldats azerbaïdjanais ont été tués au combat et un hélicoptère a été abattu par les forces arméniennes", a déclaré de son côté le ministère azerbaïdjanais de la Défense.

Erevan a également annoncé la mort d'un garçon de 12 ans, touché par des tirs d'artillerie azerbaïdjanais ayant également blessé deux civils dans un village de la frontière.

Sept civils ont été blessés au total selon les autorités de cette région séparatiste, soutenues par l'Arménie. Bakou a indiqué qu'un civil avait été tué du côté azerbaïdjanais.

Versions opposées

Selon Erevan, "l'Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny-Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères". Bakou a immédiatement démenti, assurant que ses forces n'avaient fait que répondre à une attaque du côté arménien.

L'Arménie est prête à "prendre les mesures nécessaires pour stabiliser la situation", a tonné le Premier ministre Hovik Abrahamian, convoquant une réunion urgente de son gouvernement.

"Cette escalade provoquée par l'Azerbaïdjan aura des conséquences imprévisibles", a prévenu le "ministère" de la Défense du Nagorny-Karabakh.

Poutine appelle à la retenue

Le président russe Vladimir Poutine a appelé "les deux parties à un cessez-le-feu immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter de nouvelles victimes".

La Haute représentante de l'UE, Federica Mogherini, a de son côté "appelé à la fin immédiate des combats et au respect du cessez-le-feu". Un appel repris par le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjoer Jagland.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a demandé aux belligérants de "reprendre les négociations dans le cadre du groupe de Minsk".

Le Nagorny-Karabakh, rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique, a déjà été le théâtre d'une guerre qui a fait 30'000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azerbaïdjanais, entre 1988 et 1994. Il est désormais peuplé majoritairement d'Arméniens.

Malgré la signature en 1994 d'un cessez-le-feu, aucun traité de paix n'a été signé.

sda-ats

 Toute l'actu en bref