Contre-projet chez Parker Hannifin pour maintenir les emplois


 Toute l'actu en bref

Le personnel estime possible de conserver près d'une trentaine d'emplois à Genève (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le personnel de Parker Hannifin veut éviter la fermeture du site de Carouge (GE) de l'entreprise américaine d'électrovannes. Il a présenté vendredi un contre-projet pour maintenir 26 emplois, surtout dans l'ingénierie, sur plus de 40.

Le délai de consultation avait été étendu jusqu'à vendredi. Le plan alternatif du personnel propose l'industrialisation de nouveaux produits, a expliqué à l'ats un responsable du syndicat Unia.

Au total, 18 postes seraient malgré tout supprimés. Des rencontres ont été prévues avec la direction, dont une vendredi et une la semaine prochaine où elle devrait répondre à ce plan alternatif. Parker Hannifin avait déjà supprimé quelque 1500 emplois il y a un an et demi dans l'ouest de l'Europe, dont 80 sur ce site genevois. Le groupe les avait délocalisés notamment dans d'autres régions du continent où les coûts sont moins élevés.

Plusieurs semaines de contestation avaient alors contribué à améliorer le plan social et à maintenir une unité à Genève. Mais l'entreprise explique désormais que le franc fort notamment demande un regroupement d'activités en Italie.

Le plan social présenté à la commission d'entreprise est "insuffisant", avait estimé il y a un mois Unia. Le groupe a établi son siège pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique à Etoy (VD). Le bénéfice net en 2016 a dépassé un milliard de dollars (plus d'un milliard de francs).

ATS

 Toute l'actu en bref