Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam, mise sur "l'héritage et l'identité suisses" comme facteurs de stabilité et de performance (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Credit Suisse boucle son second exercice d'affilée dans le rouge vif. Le numéro deux bancaire helvétique essuie une perte nette attribuable aux actionnaires de 2,44 milliards de francs au terme de l'exercice 2016, plombé par une amende américaine.

Comme prévu, la sanction infligée par le Département de la justice (DoJ) aux Etats-Unis dans le dossier des crédits hypothécaires pourris (subprimes) s'est traduite par une perte sèche pour Credit Suisse. L'année précédente, la banque aux deux voiles avait déjà subi un débours de 2,94 milliards en raison d'effets uniques.

Au seul 4e trimestre, la perte nette s'élève à 2,35 milliards de francs, indique mardi la grande banque dans un communiqué. Pour rappel, l'accord entre les autorités américaines et Credit Suisse prévoit une amende totale de 5,28 milliards de dollars (5,24 milliards de francs) pour clôturer l'enquête sur le rôle de l'établissement dans la crise des "subprime" - dont 2,48 milliards de pénalité civile.

Au terme de la première année de sa vaste transformation, le groupe indique avoir réduit d'environ 1,9 milliard de francs sa base de coûts opérationnels. "Douze mois difficiles et chargés", souligne le directeur général Tidjane Thiam, cité dans le communiqué, qui mise sur "l'héritage et l'identité suisses" comme facteurs de stabilité et de performance.

ATS