Cyberattaque contre Yahoo: 4 inculpations, dont 2 espions russes


 Toute l'actu en bref

Selon le département de la justice, l'attaque visait notamment des journalistes russes, ainsi que des responsables gouvernementaux russes et américains (image symbolique).

KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST

(sda-ats)

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi l'inculpation de quatre personnes, dont deux membres des services de renseignement russes FSB, pour une cyberattaque massive dévoilée en 2016 contre Yahoo! L'attaque avait compromis au moins 500 millions de comptes utilisateurs.

Cette cyberattaque, qui avait démarré en 2014, est considérée comme l'une des plus importantes jamais menée dans le monde, a rappelé le ministère américain de la Justice (DoJ). D'après son communiqué, les deux espions russes, Dmitri Dokouchaïev et Igor Souchtchine, ont "protégé, dirigé, facilité et payé des pirates informatiques criminels pour collecter des informations par des intrusions informatiques aux Etats-Unis et ailleurs".

Deux de ces hackers figurent parmi les inculpés de mardi: le Russe Alexeï Belan ("Magg"), qui figurait déjà sur la liste des cyber-pirates les plus recherchés par les Etats-Unis après d'autres inculpations pour des faits similaires en 2012 et 2013, ainsi que Karim Baratov, qui a la double nationalité canadienne et kazakh, et a été arrêté mardi au Canada.

Une fois entrés dans les systèmes informatiques de Yahoo!, les pirates y avaient volé les informations de plus de 500 millions de comptes d'utilisateurs, et avaient aussi utilisé certaines des informations collectées pour infiltrer des comptes sur d'autres services en ligne comme Google, précise le DoJ.

Les pirates ont notamment visé des comptes privés de journalistes russes, de responsables des gouvernements russe et américain, ainsi que de salariés de plusieurs entreprises privées, dont une société de cybersécurité et une société d'investissement russes, une entreprise française de transport, une compagnie aérienne ainsi que des sociétés de services financiers et d'investissement aux Etats-Unis, et un gestionnaire suisse de porte-monnaie électroniques utilisant la monnaie virtuelle

ATS

 Toute l'actu en bref