Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La cheffe du Sinn Féin Michelle O'Neill et le leader historique du parti nationaliste Gerry Adams ont fixé des exigences élevées au Parti unioniste démocrate (archives).

KEYSTONE/AP/PETER MORRISON

(sda-ats)

Les négociations en vue de la formation d'un nouvel exécutif en Irlande du Nord se sont heurtés d'entrée de jeu lundi à un obstacle de taille: le Sinn Fein a réclamé à nouveau le départ de la première ministre sortante Arlene Foster.

La cheffe du gouvernement sortant, qui fait l'objet d'une enquête judiciaire pour un scandale qui a précipité la chute du dernier cabinet, a déclaré qu'elle ne se laisserait pas dicter ses décisions par le parti nationaliste, une position jusqu'ici partagée publiquement par sa formation. Elle a également refusé d'accéder à une autre demande du Sinn Fein, l'adoption d'une loi reconnaissant les droits des habitants parlant le gaélique.

Le Sinn Fein, qui milite pour la réunification de l'Irlande, a obtenu un score historique lors des élections législatives anticipées de jeudi.

Il n'a été devancé que d'un seul siège par le Parti unioniste démocrate (DUP, pro-britannique), qui n'a pas réussi à rassembler les voix nécessaires pour obtenir 30 sièges à l'assemblée provinciale, ce qui le prive d'un pouvoir de veto. Le DUP a remporté 28 des 90 sièges de l'assemblée.

Les deux partis ont désormais trois semaines pour former un nouveau gouvernement. Si les négociations échouent, les pouvoirs seraient rendus au parlement de Westminster dans le cadre du "direct rule", un contrôle direct de Londres.

ATS