Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura souhaite une série de discussions à Genève.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura a dit mercredi ne pas attendre de "percée" entre Syriens. Il souhaite des discussions à Genève pour faire avancer la situation politique. La Russie a elle demandé à Damas de ne pas bombarder de cibles lors des pourparlers.

M. de Mistura veut un tel effort de toutes les parties "pour donner une chance" aux pourparlers. Toutes les délégations seront là "d'ici demain", a-t-il déclaré devant la presse, à la veille des négociations.

M. de Mistura va discuter avec elles "sur la manière de procéder". Des rencontres bilatérales auront lieu jeudi matin. Dans l'après-midi, l'émissaire veut les accueillir officiellement, si possible avec les pays du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS).

"Je n'attends pas une percée" mais une série de discussions pour "donner à nouveau une chance" à une amélioration politique, dit M. de Mistura. Il veut maintenir un moment favorable par rapport à ceux qui veulent perturber le processus. Les discussions vont porter sur la gouvernance inclusive, une nouvelle Constitution et des élections contrôlées par l'ONU, a-t-il répété.

La Constitution est "la prérogative des seuls Syriens" mais "nous pouvons contribuer". Il souhaite davantage de femmes dans les délégations et a rencontré dès mercredi sept d'entre elles, victimes de violations de droits de l'homme ou proches de personnes atteintes par de tels abus.

ATS