Des centaines de milliers de personnes aux obsèques de Rafsandjani


 Toute l'actu en bref

L'émotion à son comble devant le cercueil de Rafsandjani

KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH

(sda-ats)

Des centaines de milliers de personnes assistaient mardi à Téhéran pour les funérailles nationales de l'ex-président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani. Ce pilier de la République islamique est mort dimanche à 82 ans.

Le guide suprême Ali Khamenei a prononcé "la prière du mort" pour l'ex-président, un conservateur modéré et pragmatique, dont il avait salué la mémoire juste après sa mort en dépit de leurs "différences" d'opinion.

Dans la foule, des personnes brandissaient des photos du guide suprême et de Rafsandjani assis côté à côte en train de sourire, selon des images diffusées en direct par la télévision nationale Irib. "Au revoir vieux compagnon", a écrit une femme sur une pancarte.

Avec Rohani

Des personnalités politiques et militaires de tous bords étaient également présentes à l'université de Téhéran, où se déroulaient les funérailles. Parmi elles, le président modéré Hassan Rohani et le général Ghassem Souleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne.

M. Rafsandjani devait ensuite être enterré dans le mausolée de l'imam Khomeiny, situé dans le sud de Téhéran, à côté de la tombe du père-fondateur en 1979 de la République islamique, dont il était très proche.

Manifestations

Mardi a été décrété jour férié en Iran et des restrictions de circulation ont été mises en place dans le centre de Téhéran. Les transports publics étaient gratuits pour permettre à la population de la capitale de se rendre aux obsèques en nombre.

Des vidéos diffusés sur les réseaux sociaux montraient dans des avenues menant à l'université de Téhéran des petits groupes de manifestants scandant des slogans en faveur de l'opposant Mir Hossein Moussavi.

Placé en résidence surveillée depuis 2011, M. Moussavi était l'un des chefs du mouvement de protestation de 2009 contre la réélection de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, violemment réprimé par les autorités.

D'autres petits groupes scandaient également des slogans en faveur de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami, qui a été un proche allié de M. Rafsandjani pour former une alliance entre réformateurs et modérés. Cette coalition avait permis en 2013 à l'actuel président modéré Hassan Rohani d'être élu.

ATS

 Toute l'actu en bref