Toute l'actu en bref

En prévision de l'ouverture des Journées Mondiales de la Jeunesse mardi et de l'arrivée du pape mercredi, de nombreux jeunes ont envahi Cracovie.

KEYSTONE/EPA PAP/RADEK PIETRUSZKA

(sda-ats)

Portant souvent le drapeau de leur pays et un "sac à dos du pèlerin", des jeunes catholiques enthousiastes ont envahi lundi les rues de Cracovie. Ils affirment que les récents attentats ne les ont pas découragés.

Du coup, avec des voitures de police stationnées partout dans la ville, leurs feux tournants lançant des éclairs bleus, la vieille capitale royale s'est mise à ressembler à une discothèque géante.

Portugais et Brésiliens, Nigérians et Français ont chanté et dansé dans les rues décorées de portraits de François et de Jean Paul II, échangé adresses et autographes, en prélude à l'ouverture des Journées Mondiales de la Jeunesse mardi et à l'arrivée du pape mercredi.

Pourtant, la crainte de l'attentat, après ceux survenus en France, en Belgique ou en Allemagne, pays voisin de la Pologne, était évoquée - pour mieux la conjurer - par des responsables religieux et politiques.

"La paix est menacée par le terrorisme brutal", a dit le cardinal archevêque de Cracovie Stanislaw Dziwisz, lors d'une conférence de presse. Mais il a aussitôt souligné que les JMJ allaient y apporter une réponse efficace, un message de "paix, unité, réconciliation et solidarité".

Le voïvode (préfet) de la région de Malopolska, Jozef Pilch, a rappelé que vingt mille policiers allaient veiller sur le bon déroulement des JMJ.

sda-ats

 Toute l'actu en bref