Toute l'actu en bref

La moitié du groupe de migrants avait renoncé samedi à la marche de protestation en raison de la chaleur accablante.

KEYSTONE/AP/MARKO DROBNJAKOVIC

(sda-ats)

Quelque 300 migrants partis vendredi de Belgrade ont renoncé à leur marche de protestation vers la Hongrie en raison de la chaleur torride. La plupart se sont rapprochés dimanche de la frontière en train, a indiqué le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Les migrants ont rallié en train dimanche matin la ville de Subotica, proche de la frontière hongroise. Ils ont poursuivi ensuite leur marche et se trouvaient en début d'après-midi à quelques kilomètres de leur but, a indiqué l'agence de l'ONU.

Parmi les 300 migrants, la plupart sont de jeunes Afghans ou Pakistanais, d'autres sont Irakiens ou Iraniens. Avec leur marche, ils voulaient lancer un message à l'Occident pour forcer les portes de l'Union européenne. Ils ont finalement renoncé à leur mouvement samedi soir après avoir rejoint la ville de Novi Sad, à 70 kilomètres au nord de Belgrade, en Serbie.

La moitié d'entre eux avaient déjà renoncé en route, affectés par la chaleur. Selon le HCR, entre 2500 et 2800 migrants se trouvaient au en Serbie dimanche, dans des camps d'accueil ou des installations de fortune à proximité de la frontière hongroise. Le pays estime avoir une capacité d'accueil de 6000 à 7000 personnes mais ses autorités ont récemment tiré la sonnette d'alarme.

Des centaines de milliers de migrants empruntant la route des Balkans avaient transité par la Serbie en 2015. Ce flot a été interrompu en mars après la décision de plusieurs pays de fermer leur frontière. Des migrants continuent de passer clandestinement, au rythme de quelques centaines par jour. Selon les autorités serbes, 102'000 migrants ont été enregistrés dans le pays depuis le début de cette année.

sda-ats

 Toute l'actu en bref