Toute l'actu en bref

Les maisons de trois Palestiniens auteurs d'une attaque ayant coûté la vie à une policière israélienne ont été détruites lundi par l'armée israélienne à Qabatiya en Cisjordanie occupée. Des responsables de sécurité palestiniens l'ont annoncé.

Au cours de cette attaque, qui avait eu lieu le 3 février à Jérusalem-Est, partie de la ville annexée et occupée par Israël, trois Palestiniens armés d'un couteau, d'une arme à feu ont tué une policière et en ont blessé une autre. D'autres policiers ont ensuite abattu les auteurs de l'attaque.

Leurs maisons situées à Qabatiya, une localité dans le nord de la Cisjordanie, ont été détruites à l'explosif par des soldats israéliens. Au cours de l'opération des échanges de tirs entre militaires et Palestiniens se sont produits.

Deux Palestiniens ont été blessés par balles, selon des responsables des services de sécurité palestiniens. Face à la vague de violences déclenchée au début octobre de l'an dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a décidé d'accélérer les démolitions des maisons d'auteurs d'attentat.

Vague de violences

Les détracteurs de cette mesure la dénoncent comme relevant du châtiment collectif affectant les familles qui se retrouvent à la rue. Le gouvernement israélien défend l'effet dissuasif de ces démolitions sur ceux qui seraient tentés de passer à l'acte.

Les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël sont en proie à une vague de violences qui a coûté la vie à 200 Palestiniens, 28 Israéliens, deux Américains, un Erythréen et un Soudanais depuis le 1er octobre, selon un décompte de l'AFP.

La plupart des Palestiniens tués sont les auteurs ou auteurs présumés d'attaques, selon les autorités.

Ce regain de violences intervient alors que le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens est au point mort.

sda-ats

 Toute l'actu en bref