Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La compagnie aérienne britannique souffre de l'impact de la dévalorisation de la livre sterling suite au Brexit (archives).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

(sda-ats)

La compagnie aérienne britannique à bas coût EasyJet s'attend à ce que la baisse de la livre ait un impact plus fort que prévu pour l'exercice 2016-2017, avec un effet négatif de 105 millions de livres (129,5 millions de francs).

La chute de la devise britannique depuis le vote pour le Brexit, en juin dernier, pèse lourdement sur les comptes du groupe, dont les coûts sont en partie en devises étrangères comme l'euro et le dollar.

EasyJet, qui publie mardi dans un communiqué des ventes en nette hausse lors du premier trimestre (clos fin décembre), avait chiffré le coût de la baisse de la livre à 90 millions de livres en novembre dernier. La baisse de la livre renchérit également la facture liée aux carburants qui sont libellés en dollars.

"La faiblesse de la livre et l'impact du carburant coûtent ensemble 35 millions de livres de plus que pévu mais EasyJet a fait de solides progrès dans la réduction de coûts" dans de nombreux domaines, a relevé Carolyn McCall, directrice générale du groupe, cité dans le communiqué.

Hausse du chiffre d'affaires

Malgré un environnement financier difficile, la compagnie a enregistré un premier trimestre favorable en termes d'activité avec une hausse de 7,2% à 997 millions de livres (1,23 milliard de francs) de son chiffre d'affaires.

Le revenu par siège a reculé quant à lui de 8,2%, EasyJet ayant limité ce repli grâce à des tarifs attractifs et à la résistance de la demande sur ses marchés européens.

Enfin, EasyJet a confirmé vouloir obtenir un certificat de transporteur aérien dans un autre pays de l'Union européenne (UE) afin d'anticiper les effets du Brexit, mais n'a pas donné plus de précisions sur son choix.

Basée à l'aéroport de Luton, dans le nord de Londres, la compagnie avait annoncé à l'été 2016 qu'elle voulait ce certificat alors que la sortie britannique de l'UE pourrait remettre en cause le droit des compagnies du Royaume-Uni de voler sans contrainte à travers toute l'Europe.

ATS