Toute l'actu en bref

La police indienne a annoncé samedi l'interpellation de trois nouveaux employés du constructeur de l'autopont qui s'est effondré jeudi à Calcutta. Cette catastrophe avait fait 26 morts, selon un nouveau bilan.

"Trois cadres intermédiaires de la société de construction basée à Hyderabad ont été arrêtés la nuit dernière", a déclaré le commissaire Debasish Boral. Ils devaient être présentés samedi devant un tribunal où les charges pesant contre eux leur seront notifiées.

Ces arrestations portent à huit le nombre d'employés interpellés après la mise sous scellés vendredi des bureaux de la société IVRCL à Calcutta.

Le bilan de la catastrophe s'est alourdi à 26 morts après qu'un corps a été extrait des décombres par les sauveteurs, qui ont retiré près de cent personnes blessées de l'amas de béton et de poutrelles provoqué par l'effondrement jeudi de cette portion de voie urbaine surélevée en construction.

Punition annoncée

Le gouvernement du Bengale occidental, dont Calcutta est la capitale, a ordonné une enquête au sein de l'agence publique chargée des infrastructures pour déterminer comment le projet avait été approuvé.

Selon Derek O'Brien, parlementaire du Bengale occidental, le groupe IVRCL était écarté de tout chantier dans d'autres Etats en raison de sa "mauvaise réputation".

Le groupe de BTP, qui a nié toute responsabilité dans la catastrophe, avait indiqué aux autorités de la ville en 2014 être à court de financement pour finir les travaux, commencés en 2009 et qui devaient initialement durer 18 mois. Le budget alloué était de 25 millions de dollars.

Le gouvernement de l'Etat, qui va tenter d'être réélu lors du scrutin qui commence lundi, a promis de sévir contre les responsables de cet accident.

sda-ats

 Toute l'actu en bref