Toute l'actu en bref

Un homme en attente d'une greffe a fait le chemin de l'hôpital en chaise roulante (photo symbolique).

KEYSTONE/EPA/PIYAL ADHIKARY

(sda-ats)

C'est un curieux cortège que des policiers indiens surpris ont vu émerger de la nuit: un patient diabétique poussé en chaise roulante par ses médecins sur une autoroute déserte. Il devait recevoir une transplantation d'urgence.

En raison d'émeutes autour de la distribution de l'eau, les véhicules ne circulent plus entre les Etats fédéraux du Karnataka et du Tamil Nadu, situés dans le sud de l'Inde, ambulances comprises.

Depuis deux ans, le patient de 55 ans d'un médecin à Bangalore, capitale du Karnataka, attendait une greffe de foie.

Or, alors que les organes d'un donneur en état de mort cérébrale sont soudain disponibles au Tamil Nadu voisin, l'équipe soignante se retrouve dans l'impossibilité de transférer le diabétique pour la transplantation vitale.

La police "ne voulait pas prendre le risque d'autoriser notre ambulance à franchir la frontière" entre les deux Etats, de peur qu'elle soit attaquée, a expliqué vendredi Dr Olithselvan.

Invoquant leur serment d'Hippocrate, dans la nuit de mercredi à jeudi, les médecins se lancent donc dans une improbable équipée pour traverser la ligne de démarcation.

"Nous avons sorti le patient de l'ambulance, l'avons placé dans un fauteuil roulant et l'avons poussé sur un kilomètre sur l'autoroute nationale" jusqu'à ce qu'ils arrivent au Tamil Nadu, où un véhicule médicalisé les attendait, raconte le docteur

Le malade a été opéré à l'hôpital de la ville de Salem douze heures durant. Aux dernières nouvelles, son organisme répondait plutôt bien à la greffe.

sda-ats

 Toute l'actu en bref