Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le patron des CFF Andreas Meyer (au centre) avec le PDG de BMW-Suisse Kurt Egloff (à droite) et l'expert en mobilité de l'EPFZ Ulrich Weidmann: la phase-test du "Green Class" a débuté en janvier (archives).

KEYSTONE/MARCEL BIERI

(sda-ats)

Une offre combinée des CFF et d'un constructeur automobile est victime de son succès. Pour 12'200 francs par an, les deux entreprises proposent un AG 1ère classe et une voiture électrique à ceux qui souhaitent participer à cette phase-test, ouverte à 100 personnes.

Quelque 2000 candidats ont répondu à l'appel. "Le retentissement nous a surpris nous-mêmes", affirme le patron des CFF Andreas Meyer lors d'un entretien avec le journal alémanique SonntagsBlick. Les 2000 candidatures nous sont parvenues en l'espace de trois jours - sans même avoir fait de publicité, souligne-t-il.

Tout plus les CFF ont-ils informé les médias dans un communiqué fin octobre. Face à cet engouement, le nombre des participants a finalement été augmenté de 100 à 150.

Intitulée "Green Class", l'offre combinée a commencé en janvier. Outre l'abonnement général (AG) et la voiture électrique BMW, l'usager reçoit les abonnements Mobility, PubliBike et P+Rail, afin de pouvoir profiter d'une place de parc à la gare.

Les CFF mettent aussi à sa disposition une borne de recharge à domicile pour la voiture électrique. Il a ainsi accès à de nombreuses formes de mobilité à un prix forfaitaire, comme l'est un AG, explique Andreas Meyer.

Façonner la mobilité du future

Selon les CFF et BMW, les expériences des testeurs serviront à façonner la mobilité du futur et à répondre à cette question centrale: quelles sont les exigences auxquelles doit satisfaire une offre de mobilité combinée porte-à-porte. "Tout le monde parle de connexions entre les transports publics et privés, mais il y a peu de données utilisables", note Kurt Egloff, PDG de BMW-Suisse, également interrogé par le SonntagsBlick.

La moitié des participants utilisait déjà les transports en commun. L'autre est constituée d'automobilistes exclusivement. Ces clients "pilotes" consignent dans une application leur comportement d'usager.

Celui-ci comprend les déplacements quotidiens, les divers modes de transport empruntés et les haltes effectuées. Les testeurs seront aussi régulièrement interrogés sur leur niveau de satisfaction. Puis l'ensemble de ces données sera livré à l'EPFZ, pour être évalué.

ATS