Toute l'actu en bref

La tête chercheuse n'a besoin que de quelques secondes pour recueillir les données d'un champ de céréales.

Peter Rüegg / ETH Zürich

(sda-ats)

Des chercheurs de l'EPFZ ont mis au point un système de surveillance des champs avec caméra et capteurs permettant d'observer la croissance des végétaux et le développement de maladies. La technique s'inspire des "spidercams" utilisées lors des matches de football.

L'installation a été érigée à Lindau-Eschikon (ZH), sur le site de recherches en sciences agraires de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), a indiqué cette dernière lundi dans un communiqué. Présentée comme le premier système de phénotypage en plein champ au monde, elle a été inaugurée le 10 juin.

Inspirée des "spidercams", les caméras sur câbles utilisées pour la retransmission du football, l'installation se compose de quatre poteaux de 24 mètres de haut reliés par des doubles cordes en aramide. Des treuils électriques au pied de chaque mât permettent de mouvoir la tête centrale équipée d'un instrument de mesure laser, de caméras multispectrales, d'une caméra infrarouge et de deux spectromètres.

La "tête chercheuse" peut ainsi se déplacer jusqu'à une hauteur de sept mètres au-dessus du champ expérimental de l'EPFZ, sans toucher les cultures. Les scientifiques y voient une contribution à "l'agriculture de précision" du futur.

"D'ici dix ans, l'oeil de l'agriculteur et de l'éleveur sera soutenu par une multitude de capteurs lui permettant de reconnaître les maladies et l'informant des interventions possibles", explique le Pr Achim Walter, de l'EPFZ, cité dans le communiqué. Le but des chercheurs est aussi de tester l'engagement de capteurs sur des tracteurs, des drones ou des smartphones.

sda-ats

 Toute l'actu en bref