Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il pourrait y avoir des blessés, selon le quotidien Ouest France (archives).

KEYSTONE/AP EDF/PIERRE BERENGER

(sda-ats)

Une explosion est survenue jeudi matin à la centrale nucléaire de Flamanville, dans le nord-ouest de la France. L'accident a fait des blessés légers mais s'est produit "hors zone nucléaire" et ne pose donc aucun risque de contamination, selon les autorités locales.

"C'est un événement technique significatif mais il ne s'agit pas d'un accident nucléaire", car l'explosion s'est produite "hors zone nucléaire", a déclaré à l'AFP Olivier Marmion, directeur de cabinet du préfet du département de la Manche. Cinq personnes ont été "légèrement intoxiquées" mais aucun blessé grave n'est à déplorer, a-t-il indiqué, précisant que les secours étaient sur place.

EDF précise dans un communiqué qu'à 09h40 "un départ de feu entraînant une détonation s'est produit dans la salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucléaire de Flamanville, en zone non nucléaire". "Ce départ de feu a été immédiatement maîtrisé par les équipes de la centrale". A 12h00, l'incident était "fini", selon les autorités. L'un des deux réacteurs de la centrale nucléaire a été arrêté après l'explosion.

Le préfet a écarté l'hypothèse d'un acte de malveillance. Il a expliqué qu'"une pièce mécanique, un ventilateur de la salle des machines (NDLR la zone des turbines qui produisent l'électricité), qui n'est pas en contact avec les installations nucléaires, a probablement surchauffé avec dégagement de fumée pour une raison technique à déterminer".

La centrale nucléaire de Flamanville, en Normandie, est en service depuis les années 1980. Un réacteur nucléaire de troisième génération (EPR), conçu pour offrir une puissance et une sûreté accrues, est en cours de construction depuis 2007 à Flamanville. Le chantier a connu plusieurs aléas et sa mise en service, reportée à plusieurs reprises, est fixée désormais à fin 2018 (contre 2012 initialement).

ATS