Toute l'actu en bref

La police indienne pénétrant dans le camp retranché de la secte Swadhin Bharat Vidhik Satyagrah

KEYSTONE/AP Video

(sda-ats)

Au moins 24 personnes, dont deux policiers, ont trouvé la mort lors de l'expulsion par la police indienne de membres d'une secte, a annoncé vendredi un responsable de la police. Ils occupaient illégalement un parc dans une ville du nord de l'Inde.

L'intervention de la police a déclenché des heurts tard jeudi soir. Les quelque 3000 membres de cette secte qui s'étaient installés sur le terrain dans la ville de Mathura s'opposaient aux forces de l'ordre, a précisé le responsable.

"Nous étions là pour dégager le terrain mais nous avons été visés par des tirs de voyous. Deux de nos hommes ont été tués", a confirmé Hari Ram Sharma, responsable de la police locale joint à Lucknow, capitale de l'Etat de l'Uttar Pradesh. Certains des membres de la secte qui s'étaient positionnés en haut de plusieurs arbres ont également lancé des engins explosifs artisanaux, selon la police.

"D'autres lançaient des pierres et ont agressé les policiers avec des bâtons et d'autres armes, blessant deux de nos hommes qui sont morts ensuite à l'hôpital", a déclaré Javeed Ahmad, directeur général de la police de l'Etat de l'Uttar Pradesh, lors d'une conférence de presse. Le chef de la police de Mathura, localité située à 150 km à l'est de New Delhi, figure parmi les victimes.

Habitations brûlées

"Peu après l'attaque, nous avons obtenu des renforts et lancé une contre-attaque qui nous a permis de dégager l'aire", selon M. Ahmad. D'après lui, des membres de la secte ont mis le feu à leurs habitations de fortune où étaient stockées des bonbonnes de gaz et des explosifs. "Vingt-deux de leurs membres sont morts, dont onze de brûlures. L'une des victimes est une femme", a-t-il poursuivi.

Plus d'un millier de membres de la secte Swadhin Bharat Vidhik Satyagrah rassemblés derrière le gourou Ram Vraksha Yadav ont été arrêtés, a estimé M. Sharma. L'aire est désormais bouclée et le calme est revenu, en dépit de tensions persistantes.

Zone occupée depuis 2 ans

La justice avait donné son feu vert à l'évacuation des centaines de tentes et de structures en bois de fortune installées sur cette aire d'une centaine d'hectares occupée par la secte depuis fin 2014.

Les membres de cette secte se qualifient sur les réseaux sociaux de "révolutionnaires". Ils demandent en particulier l'abrogation des élections et l'essence à très bas coût.

En 2014, des centaines de partisans d'une autre secte avaient affronté la police dans l'Etat indien de l'Haryana pour empêcher l'arrestation de leur leader accusé de meurtre. Six personnes avaient été tuées dans ces violences.

sda-ats

 Toute l'actu en bref