Fermeture de Fessenheim: EDF valide son indemnisation par l'Etat


 Toute l'actu en bref

La mise à l'arrêt définitive des deux réacteurs de 900 mégawatts de Fessenheim est désormais prévue pour fin 2018, lorsque le réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche) entrera en service (archives).

KEYSTONE/EPA/PATRICK SEEGER

(sda-ats)

Le conseil d'administration d'EDF a approuvé mardi un accord d'indemnisation du groupe par l'Etat français pour une fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim, a-t-on appris de deux sources. L'indemnisation s'élève à plus de 480 millions de francs.

Selon l'une de ces sources, 6 voix se sont exprimées en faveur de cette indemnisation de quelque 450 millions d'euros (plus de 480 millions de francs) - à laquelle s'ajouterait une part variable - et 6 voix contre. Le vote prépondérant du PDG Jean-Bernard Lévy aurait fait pencher la balance en faveur d'une approbation.

Les six représentants des salariés - fermement opposés à la fermeture de Fessenheim - se sont probablement exprimés contre l'indemnisation, tandis que les six administrateurs d'EDF désignés par l'Etat ne pouvaient pas voter en raison d'une situation de conflit d'intérêts.

Une des sources interrogées par Reuters a précisé que la demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter Fessenheim - qu'EDF doit désormais déposer - ferait l'objet d'un autre conseil d'administration. Une porte-parole d'EDF n'a pas souhaité commenter ces informations.

La mise à l'arrêt définitive des deux réacteurs de 900 mégawatts de Fessenheim avait été promise par François Hollande pour 2016. Elle est désormais prévue pour fin 2018, lorsque le réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche) entrera en service.

ATS

 Toute l'actu en bref