Toute l'actu en bref

Les joueurs n'ont pas fait de vieux os devant la presse après la défaite inaugurale de la Suisse 3-2 tab face au Kazakhstan. Le sélectionneur Patrick Fischer a loué le gardien adverse.

Tout le monde rêvait d'un meilleur départ, mais les suiveurs savaient aussi que le Kazakhstan avait les moyens d'ennuyer la Suisse en début de tournoi. Et c'est bien ce qui s'est passé. Malgré une domination au niveau des tirs, 51 à 27, la Suisse a dû s'incliner aux tirs au but et laisser filer le point supplémentaire.

"On voulait gagner, a tout de suite martelé Patrick Fischer. On a tenté de mettre beaucoup de pucks sur le filet, mais le gardien kazakh a été très bon." Naturellement, le coach zougois a dû faire face à des questions sur le but gag encaissé par Reto Berra. Un tir de la ligne bleue adverse qui a fini dans la lucarne helvétique alors que la Suisse disposait d'un power-play. "Je n'avais encore jamais vu ça, a expliqué le sélectionneur. Un but inscrit depuis la ligne bleue adverse alors que l'autre équipe est en supériorité numérique, je n'avais jamais vu ça!"

Lorsqu'il s'est fait plus précis, Fischer a salué la performance de ses joueurs: "Ils ont été courageux. Et j'ai aimé le fait que nous avons concédé peu de shoots à notre adversaire. Maintenant c'est important de rester calme et de ne pas paniquer. Garder confiance. Je crois que l'on a vu une bonne équipe de Suisse. Plus de cinquante tirs, c'est bien. Il nous faut encore améliorer le secteur des rebonds."

Pas le temps pour "Fischi" de trop regarder en arrière, puisque c'est déjà la Norvège qui attend son équipe dimanche. "C'est une formation qui joue comme ses cousins scandinaves. Ils sont bons en défense et ils savent utiliser leur vitesse. Nous voulons faire mieux. Toute l'équipe est déçue et moi aussi je suis déçu. On a perdu deux points, mais le tournoi est court et on doit regarder devant."

sda-ats

 Toute l'actu en bref