Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les blessures fatales à l'enfant peuvent être imputées à des chutes et des violences volontaires (archives).

KEYSTONE/AP/CHRISTOPHE ENA

(sda-ats)

Un garçon de 5 ans a été retrouvé mort dans la nuit de dimanche à lundi à proximité d'un canal, dans le nord de la France. Son beau-père et sa mère ont été placés en garde à vue, accusés d'homicide volontaire.

A l'origine du drame, "une punition, consistant à faire courir l'enfant dehors, en pleine nuit, parce qu'il avait" uriné au lit (phénomène d'énurésie), a déclaré le procureur chargé du dossier, précisant qu'il était "tombé".

L'autopsie a révélé que la mort de la victime, à Aire-sur-la-Lys, était imputable à des blessures au crâne, dont certaines "pouvant être rattachées à une ou plusieurs chutes et d'autres à des violences volontaires", d'après le procureur.

Enfant légèrement vêtu

C'est le beau-père qui a mis en pratique cette punition en le suivant dans sa course, probablement à vélo. Le "contexte météorologique" était "particulièrement défavorable" et l'enfant "légèrement vêtu", ont précisé les gendarmes.

Le beau-père a alerté les secours, "signalant que l'enfant a été découvert inconscient" selon les gendarmes. Il leur a expliqué, "qu'il était sujet à des crises d'énurésie (...) et que suite à un nouvel épisode d'énurésie, il l'aurait sanctionné en lui demandant d'aller dehors et lui aurait ordonné de faire des tours (...) en courant".

Les causes de la mort restent à éclaircir. Mais "la question de violences habituelles est posée au vu des premières constatations", selon le procureur. La mère, 23 ans, et le beau-père, 30 ans, tous deux sans emploi, étaient en couple depuis août 2015, sans autre enfant. Ils n'étaient pas connus des services sociaux de la ville.

ATS