Fribourg, Neuchâtel et le Jura lancent leur centre interrégional


 Toute l'actu en bref

Les 55 aspirants policiers ont reçu leur arme de service lors d'une cérémonie dans la cour du Château de Colombier (NE).

KEYSTONE/LEO DUPERREX

(sda-ats)

Le centre de formation des policiers commun aux cantons de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura a ouvert officiellement ses portes. Cinquante-cinq aspirants policiers ont reçu leur arme de service lundi lors de la cérémonie officielle au Château de Colombier (NE).

S'y ajoutent quinze assistants de sécurité. L'effectif total compte dix femmes. Parmi les aspirants policiers, une trentaine sont fribourgeois, une vingtaine sont neuchâtelois et un est jurassien.

Ils suivront 1850 heures de formation pour obtenir leur brevet. Aux quinze instructeurs issus des corps de police des trois cantons s'ajoutent 140 enseignants civils.

Le Centre interrégional de formation de police (CIFPol) conserve les deux sites de Granges-Paccot (FR) pour les Fribourgeois et de Colombier (NE) pour les Neuchâtelois et les Jurassiens. A terme, des Fribourgeois pourraient se former à Colombier, et inversement.

Plus forts ensemble

La création de ce centre s'inscrit dans un processus national de concentration de la formation. Elle vise à gagner en efficacité et à réaliser des synergies, mais aussi à harmoniser le cursus et à renforcer sa qualité.

Ce regroupement permettra aussi aux trois cantons d'être plus forts pour faire entendre leur voix au niveau suisse, a commenté en conférence de presse Pierre Schuwey, commandant de la police fribourgeoise.

Il permettra notamment de mieux participer aux discussions nationales dans le cadre de l'allongement de la durée du brevet de un an à deux ans, qui se profile à l'horizon 2020, estime le capitaine Raphaël Jallard, le nouveau directeur du centre.

Proximité

Agé de 44 ans, Raphaël Jallard était auparavant adjoint au chef du service forensique de la police neuchâteloise. Ce centre offrira une formation de proximité et à taille humaine, a-t-il souligné.

La convention signée par les trois cantons en novembre dernier prévoit une durée initiale de trois ans. Elle devrait être ensuite renouvelée, après avoir tiré un bilan.

Les coûts seront répartis selon un calcul prenant en compte les prestations fournies par chacun des trois corps de police. Actuellement, les coûts par aspirant se situent dans une fourchette de 40'000 à 44'000 francs, a précisé Pierre Schuwey.

"On nous aurait facturé beaucoup plus cher" dans le cadre d'une formation en commun avec les autres cantons romands, a rappelé Alain Ribaux, conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la sécurité.

ATS

 Toute l'actu en bref