Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"N'oubliez jamais", indique cette banderole portant les noms des victimes du 11 septembre 2001. Et en effet, les événements à forte charge émotionnelle ont une influence durable sur le travail de la mémoire, comme l'a montré cette étude de chercheurs genevois et new-yorkais (photo prétexte).

KEYSTONE/EPA/PETER FOLEY

(sda-ats)

La "gueule de bois émotionnelle" consécutive à des événements marquants a des conséquences durables sur les mécanismes cérébraux, ont constaté des chercheurs genevois et américains. Elle influence la manière dont de nouvelles informations sont mémorisées.

Ces scientifiques de l'Université de Genève (UNIGE) et de celle de New York ont tenté de mieux comprendre les mécanismes neurobiologiques régissant les effets des émotions sur l'encodage dans notre mémoire des expériences ordinaires qui suivent une expérience émotionnelle forte, comme par exemple les attentats du 11 septembre 2001.

"Nous savions déjà que les expériences émotionnelles sont mieux mémorisées que les expériences non émotionnelles. Mais dans cette étude, nous avons testé et démontré que les expériences non émotionnelles qui suivent un événement fort en émotion sont également mieux mémorisées par notre cerveau", explique Ulrike Rimmele, du Département de neurosciences fondamentales de l'UNIGE, citée mardi dans un communiqué de la haute école.

Ceci indique donc que les effets sur l'activité neuronale persistent dans le temps et modifient la manière dont de nouvelles informations, pourtant sans lien particulier, sont codées par la mémoire et rappelées.

Meilleur rappel à long terme

Pour cette expérience, un premier groupe de personnes a regardé une série d'images scéniques à contenu émotionnel. Environ 10 à 30 minutes plus tard, il a également visionné une série d'images de scènes non émotionnelles et ordinaires. Un second groupe a d'abord vu les scènes non émotionnelles, puis les émotionnelles.

L'excitation physiologique, mesurée en conductance cutanée, et l'activité cérébrale, en utilisant l'IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle), ont été surveillées dans les deux groupes de sujets. Six heures plus tard, ceux-ci ont effectué un test de mémoire des images précédemment vues.

Les résultats, publiés dans la revue Nature Neuroscience, montrent que les sujets exposés aux stimuli émotionnels ont un meilleur rappel à long terme des images neutres présentées par la suite, comparativement au groupe confronté aux mêmes images neutres avant les images émotionnelles.

Lien direct

Les mesures de l'activité cérébrale liée aux émotions ont montré que cette activité émotionnelle se retrouvait plus tard, lors de l'encodage par la mémoire des expériences neutres. Ainsi, tant les fluctuations neuronales lentes que l'activité transitoire, provoquée par les stimuli émotionnels qui prédisent la formation de souvenirs pendant le codage des émotions, ont refait surface lors des codages émotionnellement neutres qui ont suivi, ce qui n'a pas été le cas pour le second groupe.

Les chercheurs ont donc constaté que la manière dont le cerveau traite et mémorise les expériences futures est directement liée aux événements émotionnels vécus précédemment.

"Cette étude va nous permettre de mettre en lumière certains aspects essentiels des mécanismes régissant nos souvenirs. Cela peut être utile non seulement dans l'optique de proposer de nouvelles méthodes d'éducation et d'apprentissage, mais aussi pour décrypter et traiter la nature de certains troubles psychologiques, comme l'anxiété ou le syndrome de stress post-traumatique", conclut Mme Rimmele.

ATS