Toute l'actu en bref

Le duel continue entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Les deux pilotes Mercedes ont dominé les premiers essais libres du Grand Prix d'Italie à Monza.

Hamilton a signé le meilleur chrono de la journée lors de la deuxième séance, en 1'22''801. Il a ainsi répondu à Rosberg, lequel s'était montré le plus rapide en matinée avec un temps de 1'22''959. L'Allemand n'a pas pu faire mieux l'après-midi (1'22''994).

Les deux pilotes sont en pleine lutte pour le titre mondial. L'Anglais possède neuf points d'avance sur son rival allemand. Tant en 2014 qu'en 2015, Hamilton avait gagné le titre devant Rosberg.

Derrière les Flèches d'argent, l'opposition est menée par les Ferrari, qui espèrent briller devant les tifosi. Kimi Raikkonen (3e/4e) et Sebastian Vettel (4e/3e) ont cette fois été devant les Red Bull-TAG Heuer, un peu pénalisées sur ce circuit rapide par le manque de puissance de leur moteur.

Rien de nouveau du côté des Sauber-Ferrari, qui évoluent toujours en queue de peloton. Marcus Ericsson (deux fois 15e) s'est montré un peu plus à l'aise que Felipe Nasr (19e/21e).

En marge de l'action sur la piste, il a été confirmé que le GP d'Italie se tiendrait encore à Monza lors des trois prochaines saisons.

Par ailleurs, Max Verstappen (Red Bull-TAG Heuer) a été averti sans frais suite au GP de Belgique de dimanche dernier, a révélé son Team Principal, Christian Horner. Verstappen a été convoqué par le directeur de course de la F1, Charlie Whiting, et celui-ci lui a "montré une vidéo de Spa", a indiqué Horner. "C'était un gentil avertissement", a ajouté le patron de Red Bull Racing, interrogé par la chaîne britannique Sky Sport.

Cette convocation faisait suite à une série de manoeuvres de Verstappen à Spa, pour lesquelles le jeune pilote, vainqueur en mai à Barcelone de son premier GP de F1, n'a pas été sanctionné ou seulement mis sous enquête.

sda-ats

 Toute l'actu en bref