Toute l'actu en bref

287 passes adressées avec un pourcentage de réussite de 91,29 %: Granit Xhaka est l'un des hommes forts de la phase de poules de l'Euro 2016. "Je ne me fixe aucune limite dans ce tournoi", lâche-t-il.

Entre le match de Lille contre la France et le huitième de finale de Saint-Etienne, le futur joueur d'Arsenal s'est confié à l'ATS. Sur l'équipe de Suisse à l'Euro bien sûr, mais aussi sur l'évolution de son jeu.

Comment évaluez-vous le 0-0 contre la France et la deuxième place de l'équipe de Suisse dans ce groupe A ?

"Il était primordial, pour nous, de démontrer à nos fans que nous sommes désormais capables de rivaliser avec les grandes équipes. Et pas seulement sur le plan athlétique, mais dans la jouerie aussi. Dimanche, nous n'avons pas fait que défendre. Nous avons pris le jeu à notre compte. Nous voulions tout simplement jouer au foot."

La domination française en début de rencontre fut pourtant très prononcée...

"Au coup de sifflet final, ce 0-0 est un résultat équitable. C'est vrai, les Français ont toujours été dangereux. Mais nous ne nous sommes jamais laissés submerger. Il est vrai que l'équipe de France possède de grandes individualités. Mais nous ne nous sommes jamais cachés non plus. Et dans la gestion de la fin de match, je reconnais que ce 0-0 n'était pas une mauvaise affaire. Il nous a permis d'assurer notre deuxième place."

Vous avez relevé cette fois le défi physique imposé par les Français. Il y a deux ans à Salvador, la déroute n'avait-elle pas été provoquée par un manque de répondant de votre part ?

"A Lille, nous avons apporté la preuve que nous avons bien grandi. Cette fois, la différence entre les deux équipes sur le plan athlétique était minime. Nous sommes capables désormais d'évoluer à un très haut niveau dans ce domaine."

La campagne de préparation a suscité bien des inquiétudes. Pourtant, l'équipe s'est qualifiée de manière souveraine pour les huitièmes de finale. Fallait-il donc vraiment s'inquiéter ?

"Lors de ces matches amicaux, nous avons encaissé trop de buts sur des erreurs individuelles. On a compris que l'on ne pouvait plus se permettre de telles bourdes. Lors de nos trois premiers matches dans cet Euro, j'ai senti une plus grande implication dans les tâches défensives. Ce n'est pas un hasard si nous n'avons concédé qu'un seul but en 270 minutes, et encore un but inscrit sur penalty et non dans le jeu. Je crois que cela ne doit pas être agréable de jouer contre nous."

Quelle impression vous laisse ce premier tour de l'équipe de Suisse ?

"Nous sommes montés en puissance au fil des matches. La rencontre contre l'Albanie fut la moins bonne des trois. Nous avons réagi contre la Roumanie avant de livrer une très bonne rencontre face à la France. Je crois que nous avons encore de la marge. On entre dans la phase des matches à élimination directe. Tout sera possible pour nous. Quel que soit l'adversaire !"

La marge dont vous parlez, où se situe-t-elle ?

"Nous devons, bien sûr, témoigner d'une plus grande efficacité dans la surface adverse. Mais je tiens à souligner les mérites de nos attaquants, Shaq (Shaqiri), Admir (Mehmedi) et Blerim (Dzemaili) ont abattu un énorme travail lors de ces trois premières rencontres. Si nous sommes si forts défensivement, nous le devons également à eux."

Vos statistiques individuelles sont brillantes. Quel jugement portez-vous sur vos performances ?

"Je me sens extrêmement bien. Je sens que les autres comptent sur moi, qu'ils me font confiance, qu'ils me cherchent. Je suis parvenu à ajuster mon jeu en équipe nationale comme en club. A Mönchengladbach, j'ai ressenti au fil des mois cette même confiance de la part de mes coéquipiers. Elle te pousse à prendre tes responsabilités dans le jeu."

Vous n'êtes, heureusement, pas le seul joueur suisse à recueillir les louanges en ce début du tournoi. Il y a aussi Yann Sommer...

"Nous pouvons être heureux d'avoir un tel gardien derrière nous. Yann est un gardien de classe mondiale. Il est fort dans tous les domaines, sur sa ligne, dans les airs et dans le jeu au pied. La manière avec laquelle il conduit sa carrière m'inspire le plus grand respect."

sda-ats

 Toute l'actu en bref