Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Antonio Guterres s'est exprimé pour la première fois devant le Conseil des droits de l'homme à Genève comme secrétaire général de l'ONU (archives).

KEYSTONE/EPA/KHALED ELFIQI

(sda-ats)

Le "mépris des droits humains est une maladie" et "elle se répand". Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé lundi à Genève le Conseil des droits de l'homme à agir comme "remède", et répété que la torture est "lâche".

Pour son premier discours devant cette enceinte dans sa nouvelle fonction, M. Guterres a notamment ciblé la réduction de la place accordée à la société civile. Il a répété que le monde devient "plus dangereux, moins prévisible".

Et de citer le terrorisme, la montée du populisme ou de la xénophobie, les discriminations contre les minorités, la crise des réfugiés, les attaques contre les médias ou encore les violations des droits économiques et sociaux. M. Guterres a de nouveau affiché sa priorité, la prévention.

La protection des enfants est également importante. Des millions d'entre eux "sont peut-être parmi les plus vulnérables" dans le monde. La défense "active" des droits humains "fait partie de la solution", et ils ne doivent pas être considérés comme un "outil politique", a par ailleurs affirmé le secrétaire général de l'ONU.

ATS