Toute l'actu en bref

Le leader des musulmans de Bosnie Bakir Izetbegovic (c, avec gerbe) a pour la première fois rendu hommage aux civils serbes tués à Sarajevo.

KEYSTONE/AP/AMEL EMRIC

(sda-ats)

Le leader des musulmans de Bosnie Bakir Izetbegovic a pour la première fois, lundi, rendu hommage aux civils serbes tués à Sarajevo pendant la guerre intercommunautaire (1992-95). Il a exprimé ses regrets.

Le membre musulman de la présidence collégiale de Bosnie s'est rendu à Kazani, sur les hauteurs de capitale, où plusieurs dizaines de civils serbes ont été tués et jetés à l'intérieur d'une fosse naturelle dans la montagne, profonde de plusieurs dizaines de mètres.

Aucun haut responsable musulman ne l'avait jamais fait auparavant. Accompagné d'autres dirigeants musulmans de Bosnie, dont le Premier ministre Denis Zvizdic, il a déposé une gerbe de fleurs sur le bord du ravin.

"Je sentais que j'avais une dette (ndlr: envers les victimes). J'aurais dû venir ici plus tôt exprimer ma compassion et transmettre mes condoléances pour les gens qui ont fini ici d'une façon affreuse", a dit Bakir Izetbegovic.

"C'est la principale raison de ma venue ici (...) Mais j'espère également que ce geste va en inspirer d'autres pour faire quelque chose de similaire", a-t-il ajouté, dans une allusion aux responsables serbes et croates de Bosnie.

Un geste encourageant

La ville de Sarajevo a été assiégée pendant trois ans par les forces serbes. Plus de 10'000 personnes y ont été tuées dans les bombardements et par des tireurs embusqués.

Mais de nombreux civils serbes ont aussi été assassinés, dont plusieurs dizaines à Kazani. Des crimes qui se sont pour la plupart déroulés entre le printemps et l'automne 1993.

Considéré comme le principal responsable de ces crimes, Musan Topalovic, dit Caco, un délinquant notoire qui commandait une brigade de défense de Sarajevo, est mort dans des circonstances obscures après son arrestation sur ordre du gouvernement en octobre 1993.

Les cadavres de 29 personnes au total ont été déterrés de la fosse de Kazani, mais les opérations d'exhumation n'ont jamais été menées à leur terme.

Milan Mandic, président d'une association des familles de Serbes disparus dans la région de Sarajevo, a salué un "geste très encourageant pour le peuple serbe et pour les familles". Bakir Izetbegovic "a trouvé la force de venir à cet endroit et d'y déposer des fleurs à la mémoire de ces victimes innocentes", a-t-il dit.

sda-ats

 Toute l'actu en bref