Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un incendie a ravagé un immeuble à Genève, non loin de la tour RTS (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Un violent incendie a ravagé un immeuble dimanche dans le quartier de la Jonction à Genève. Une centaine de personnes ont été évacuées. Huit ont été gravement blessés, dont six enfants, intoxiqués par la fumée. Les travaux de déblaiement sont encore en cours.

L'alerte a été donnée vers 15h30. "Puis nous avons reçu près d'une centaine d'appels de tout le quartier", a indiqué le commandant du Service d'incendie et de secours (SIS), Nicolas Schumacher, sur le site de la Tribune de Genève.

Tout l'immeuble situé au Quai Ernest-Ansermet a été évacué. Plusieurs dizaines de personnes ont dû être secourues par l'extérieur du bâtiment, à l'aide de grandes échelles. Au total, on déplore trente personnes blessées ou intoxiquées. Onze patients ont été transportés à l'Hôpital cantonal, dont huit "cas urgents".

Feu violent

La fumée et les flammes étaient visibles à l'extérieur du bâtiment, du côté de la tour de la RTS. "C'était un très violent feu d'appartement. Et une explosion a eu lieu dans le logement. Gros coup de chaud pour les hommes engagés mais aucun blessé à déplorer", a poursuivi le commandant du SIS. Les causes du sinistre ne sont pas encore connues.

L'appartement concerné a été complètement détruit. Ses murs menaçaient de s'effondrer. Une analyse de génie civil a été effectuée pour évaluer l'état de l'immeuble et des autres appartements. "Actuellement, nous déblayons les débris dans l'appartement sinistré", a précisé à l'ats le commandant Schumacher dimanche soir.

La grande majorité des habitants pourra réintégrer son logement en soirée, a-t-il encore dit. Les autres seront pris en charge dans un abri PC.

Les grands moyens ont été engagés: 13 véhicules de pompiers, 32 pompiers professionnels, 14 sapeurs volontaires, ainsi qu'un gros dispositif sanitaire et la police, qui a bloqué deux rues.

ATS