Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann aimerait voir les sanctions contre la Russie levées (archives).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Johann Schneider-Ammann espère une levée prochaine des sanctions contre la Russie. Celles-ci entravent les exportations suisses, affirme le conseiller fédéral dans la presse alémanique. L'arrivée de Donald Trump à la tête des Etats-Unis pourrait changer la donne.

Johann Schneider-Ammann ne va pas jusqu'à appeler explicitement à la fin des sanctions dans une interview parue vendredi dans le journal Nordwestschweiz. Interrogé sur ce qu'il aurait bien aimé abordé avec le président américain élu Donald Trump lors de leur brève conversation téléphonique alors qu'il était encore président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann se montre clair.

"Le temps à disposition n'a malheureusement pas suffi pour discuter d'une priorité: la fin des sanctions contre la Russie", relève le ministre de l'économie. Ces dernières constituent "un obstacle", selon lui. "Pour cela, une discussion politique impliquant les protagonistes est nécessaire."

Après le début du conflit entre l'Ukraine et la Russie en 2014, l'Union européenne et les Etats-Unis ont décrété contre Moscou des sanctions économiques, touchant notamment la défense. La Suisse ne s'y est pas associée, mais elle a pris des mesures pour éviter que son territoire ne soit utilisé pour les "contourner".

Petit avantage

Le conseiller fédéral admet que cela a donné "un petit avantage à certaines branches", mais "le bilan total est clairement négatif".

Donald Trump s'est déjà dit à plusieurs reprises en faveur d'une discussion sur ces sanctions. Lors d'interviews, il avait notamment évoqué la possibilité d'un accord de réduction des armements nucléaires avec la Russie en échange de la levée des sanctions qui la frappent, alors que l'UE vient de reconduire ses sanctions économiques contre Moscou.

Le président américain élu, qui doit être investi ce vendredi à Washington, avait également annoncé sa volonté de réchauffer les relations des Etats-Unis avec le président russe Vladimir Poutine.

ATS