Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée ukrainienne dément avoir été victime d'un piratage informatique russe rendant vulnérable ses positions d'artillerie (archives).

KEYSTONE/EPA/ANASTASIA VLASOVA

(sda-ats)

L'Ukraine a démenti vendredi un rapport publié en décembre affirmant que des pirates russes ont développé un logiciel malfaisant permettant de localiser les positions de l'artillerie ukrainienne. Un tel dispositif permettrait aussi de détruire ces dernières.

Selon l'entreprise américaine de cyber-sécurité CrowdStrike, ce maliciel avait infecté une application Androïd. Elle est utilisée par les militaires ukrainiens pour calculer rapidement les coordonnées de leurs cibles au moment de la mise en oeuvre d'obusiers D-30 de 122 mm, très utilisés dans la zone du conflit dans l'est de l'Ukraine.

Ce maliciel russe aurait permis de récupérer les données de localisation des téléphones portables utilisant cette application et donc de connaître la position des artilleurs ukrainiens.

CrowdStrike est l'entreprise qui a découvert le piratage du parti démocrate américain attribué à des hackeurs russes, provoquant une nouvelle crise diplomatique entre Moscou et Washington.

Malware contre obusiers

"Les pertes de notre artillerie ont été largement inférieures" à celles estimées par CrowdStrike et "n'ont pas été causées par la raison" évoquée par l'entreprise américaine, a affirmé vendredi le ministère ukrainien de la Défense.

Dans son rapport, CrowdStrike affirmait que "depuis fin 2014 et jusqu'en 2016, le maliciel des pirates informatique Fancy Bear avait infecté des forums internet militaires ukrainiens". Il serait à l'origine de la destruction de 80% des obusiers D-30 de l'armée ukrainienne.

L'application Androïd en question n'a pas été développée par l'armée ukrainienne, notoirement sous-financée, mais par un officier ukrainien, Iaroslav Cherstiouk. Il a jugé en décembre sur sa page Facebook "délirantes" les conclusions de CrowdStrike.

Le conflit dans l'est de l'Ukraine entre les forces ukrainiennes et des rebelles qui sont, selon Kiev et les Occidentaux, soutenus militairement par la Russie, a fait presque 10'000 morts depuis le printemps 2014.

ATS