Toute l'actu en bref

Lors de sa visite jeudi à Berne de l'entreprise EMCH Ascenseurs, le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann (à gauche) a rappelé l'importance de l'innovation pour l'industrie suisse.

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Johann Schneider-Ammann a été clair lors de sa visite ce jeudi à berne de l'entreprise EMCH Ascenseurs. Face au franc fort et à la pénurie de personnel qualifié, les entreprises suisses doivent innover.

"Nous voulons nous focaliser sur l'innovation avec tous les moyens à disposition", a déclaré à l'ats le président de la Confédération, lors de sa visite d'entreprise à Berne.

Pour l'année 2016, le Conseil fédéral a alloué en février une enveloppe de 61 millions de francs supplémentaires à la Commission pour la technologie et l'innovation (CTI). Un moyen de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) orientées vers l'exportation.

En compagnie de Peter Dietrich, directeur de l'association faîtière de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux Swissmem, le ministre de l'Economie a également évoqué les différentes stratégies des entreprises pour faire face à la pénurie de personnel qualifié.

Personnel qualifié

La décision populaire contre l'immigration de masse du 9 février 2014, les conséquences du franc fort et l'âge avancé de nombreux employés spécialisés confrontent les entreprises à un défi de taille.

En 2015, le chiffre d'affaires de l'industrie des machines, de l'électronique et de la métallurgie (MEM) a diminué de 7%. Une évolution négative qui touche autant les grandes entreprises que les PME.

"Il faut compenser les effets du 9 février avec de la main-d'oeuvre indigène", soutient Peter Dietrich. "La branche doit être aidée et nous le faisons depuis 2011", poursuit Johann Schneider-Ammann.

Le président de la Confédération a fait de la pénurie de personnel qualifié son cheval de bataille. Depuis 2011 et le lancement de son initiative visant à répondre aux nombreux défis posés par l'évolution démographique, le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) cherche des solutions pour soutenir la place industrielle suisse.

Exploiter le potentiel des aînés

Afin de contrecarrer la pénurie de spécialistes, des mesures permettant de mieux exploiter le potentiel des collaborateurs approchant l'âge de la retraite sont notamment mises en place. "Il faut un assouplissement de la prévoyance professionnelle ou également imaginer des formes de retraite flexible et progressive," avance le directeur de Swissmem.

Mais la relève, avec la mise en place de formations continues de haut niveau, et les femmes font également partie des pistes étudiées. "Actuellement, la part des femmes dans l'industrie MEM n'est que de 25%", regrette Peter Dietrich. Swissmem a donc développé des mesures - horaires variables, souples et temps partiels - permettant de mieux concilier vie professionnelle et famille.

Johann Schneider-Ammann et Peter Dietrich ont néanmoins rappelé que l'industrie MEM est en pleine évolution. La numérisation offre de nouvelles chances de croissance à une industrie en difficulté. La Suisse est par ailleurs bien positionnée pour jouer un rôle important dans le développement de nouvelles technologies, préserver la compétitivité des entreprises et ainsi maintenir des emplois en Suisse.

sda-ats

 Toute l'actu en bref