Toute l'actu en bref

Des forages exploratoires avaient été menés en 2010 près de Noville (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le Grand Conseil vaudois s'est offusqué mardi de la légèreté avec laquelle Noville a refusé d'autoriser une marche contre un forage d'hydrocarbures. Le Conseil d'Etat a déploré "le caractère inapproprié" de la réponse de la Municipalité et "le ton inadéquat".

Une habitante du Chablais voulait organiser une marche "pacifique et joyeuse" pour protester contre un forage sous-lacustre à Noville (VD). Au nom de la municipalité, le syndic Pierre-Alain Karlen a refusé, estimant "aberrant" de vouloir organiser un cortège sur une route cantonale pour se rendre sur le site d'un forage "où il n'y a rien à voir".

Il a invité la citoyenne à organiser une "course en moyenne montagne" et s'est "fait un plaisir de lui soumettre une idée d'excursion", ce qui devrait lui permettre "d'oxygéner avantageusement ses poumons et son cerveau".

Recours au tribunal

Interpellé par le député Martial de Montmollin (Verts), le Conseil d'Etat s'en est tenu à une courte réponse. Béatrice Métraux a rappelé qu'une manifestation peut être refusée lorsqu'elle met en péril l'ordre public, refusant de se prononcer sur ce cas précis.

L'organisatrice ayant déposé un recours auprès de la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal, le Conseil d'Etat ne pouvait pas s'exprimer davantage, par respect pour la séparation des pouvoirs. Mais les députés n'ont pas laissé passer l'occasion.

Droit garanti

L'interpellateur s'est indigné de la "légèreté avec laquelle le syndic s'assied sur des dispositions constitutionnelles. Le droit de manifester est garanti par la constitution", a-t-il rappelé.

"C'est un scandale, une honte, un déni de démocratie. La décision choque, mais plus encore c'est le ton et le mépris affiché qui font hérisser les cheveux sur la tête", a ajouté Stéphane Montangero (PS).

Pas n'importe quoi

"Si un incident était survenu, on nous aurait qualifiés d'irresponsables d'avoir autorisé une telle manifestation sur une route très fréquentée un dimanche de Fête des mères", a répliqué Pierre-Alain Favrod, député UDC et municipal à Noville.

"La municipalité ne refuse aucune manifestation tant que l'on met en avant notre commune", a-t-il ajouté. C'est "volontiers" qu'il invite les socialistes ou les Verts à venir se réunir en congrès à Noville.

"Je dis oui à la liberté de manifester, mais pas au détriment des habitants du village qui ont envie d'être tranquille chez eux. C'est le parcours qui posait problème. On n'accepte pas n'importe quoi dans le Chablais", a-t-il ajouté.

sda-ats

 Toute l'actu en bref