L'UDC se pose en rempart contre les naturalisations en masse


 Toute l'actu en bref

Avec la naturalisation facilitée, l'UDC estime que les communes ne pourront plus bien vérifier les demandes de naturalisation (archives).

KEYSTONE/LEO DUPERREX

(sda-ats)

Les petits-enfants d'immigrés ne doivent pas obtenir plus facilement le passeport rouge à croix blanche. Selon l'UDC, la Suisse naturalise déjà beaucoup plus d'étrangers que les autres pays européens. Il faut renforcer les contrôles et voter non le 12 février.

La Suisse est confrontée depuis 15 ans à des naturalisations de masse sans précédent, a critiqué le président Albert Rösti devant la presse en lançant la campagne officielle du parti mercredi à Berne. Depuis 2001, environ 40'000 personnes par an obtiennent le passeport suisse avec une légèreté qui pose de lourds problèmes.

Des personnes non intégrées passent à travers les mailles du filet. Or on sait que le taux de criminalité des étrangers est nettement plus élevé qu'au sein de la population suisse, a relevé M.Rösti. Les immigrés de la troisième génération n'ont qu'à passer par la procédure ordinaire, ils n'auront pas de difficulté à devenir suisses s'ils sont bien intégrés.

Communes dépossédées

Si le peuple souscrit le 12 février à leur naturalisation facilitée, leur dossier sera traité par la Confédération. Ces candidats seront présumés intégrés et les communes dépossédées de leur pouvoir, s'insurge le parti. Ce centralisme est dangereux car la procédure est menée par correspondance ce qui ne permet pas au fonctionnaire à Berne de constater d'éventuels problèmes comme un homme refusant de serrer la main à une femme par exemple.

Dans les faits, cantons et communes continueront toutefois à avoir leur mot à dire sur le respect des critères de naturalisation. Libres à eux de mener leur enquête et de faire recours. Les quelque 25'000 jeunes de 9 à 25 ans qui pourraient théoriquement obtenir plus facilement le passeport devront en outre répondre à une série d'exigences.

Chaque candidat devra être né sur territoire helvétique, avoir un permis C et suivi au moins 5 ans de scolarité obligatoire en Suisse. Ces deux derniers critères devront également avoir été remplis par au moins un de ses parents, qui devra en outre avoir séjourné pendant au moins 10 ans en Suisse.

Un grand-parent au moins devra être né en Suisse ou y avoir eu un droit de séjour. Afin d'éviter un contournement des obligations militaires, aucune demande ne pourra être déposée après l'âge de 25 ans.

ATS

 Toute l'actu en bref