La Bourse suisse clôture en hausse grâce à Nestlé


 Toute l'actu en bref

A la clôture, le Swiss Market Index (SMI) a progressé de 0,22% à 8585,85 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a bouclé la séance de mercredi dans le vert. L'indice SMI des valeurs vedettes a été porté par le poids lourd Nestlé, compensant les prises de bénéfice qui ont plombé les titres des banques, UBS et Credit Suisse.

Cependant, le sujet du jour reste le groupe technologique zurichois ABB. Un collaborateur de la filiale sud-coréenne de l'entreprise est soupçonné de malversations financières pour un montant avoisinant les 100 millions de dollars (100,1 millions de francs).

La séance s'est néanmoins déroulée dans le calme, les investisseurs faisant preuve de retenue. En Europe, le spectre d'un éclatement de la zone euro commence à prendre de l'ampleur, analyse un courtier.

Si les craintes de voir la candidate du FN Marine Le Pen accéder à la fonction suprême de l'exécutif en France devaient s'amplifier, cela va également se refléter sur l'activité boursière. En même temps, le risque de surchauffe du marché des actions américain se fait toujours plus concret.

Stabilité pour Syngenta

A la clôture, le Swiss Market Index (SMI) a progressé de 0,22% à 8585,85 points, alors que le Swiss Leader Index (SLI) a terminé presque à l'équilibre à 1361,89 points. Quant à l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI), il a grappillé 0,20% à 9400,65 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 16 ont gagné du terrain, 13 en ont perdu et Syngenta fait du surplace.

Les déboires d'ABB (-0,5%) en Corée du Sud ne semblent pas avoir affecté outre mesure le groupe électrotechnique. L'impact des malversations financières présumées, dont est soupçonné le trésorier de la filiale asiatique, sur les comptes 2016 est estimé à près de 100 millions de dollars.

Les analystes parlent d'une affaire "malheureuse" qui devrait du moins en partie être couverte par des assurances. Le groupe a annoncé également la candidature de Lars Förberg, associé-gérant de l'actionnaire critique Cevian Capital, au conseil d'administration.

Julius Baer dans le vert

La valse des perdants est menée par les grandes banques UBS (-1,8%) et Credit Suisse (-0,8%), qui ont vraisemblablement fait les frais de prises de bénéfice, après leur progression de la veille. Julius Baer (+0,4%) s'en est mieux tiré. Swiss Re (-0,3%) lèvera le voile jeudi sur ses chiffres annuels. Les analystes anticipent un résultat solide et un dividende généreux de la part du réassureur.

Les poids lourds pharmaceutiques, Roche (-0,1%) et Novartis (+0,5%), ont connu des sorts divergents, alors que le troisième larron Nestlé (+1,2%) a soutenu le marché. Après l'échec de la reprise du concurrent Unilever par Kraft Heinz, la marmite a fantaisies dans le secteur alimentaire fonctionne à plein régime. De son côté, Unilever a réaffirmé ses velléités d'autonomie et formulé des objectifs ambitieux, en particulier au niveau des marges.

Avec une avancée de 0,7%, Galenica s'est distingué au tableau SMI/SLI. Le groupe de santé bernois a fait l'acquisition auprès de GlaxoSmithKline (GSK) Consumer Healthcare Schweiz des droits de commercialisation en Suisse pour Merfen et Vita-Merfen. Des observateurs estiment que le projet de scission en deux entreprises cotées en Bourse pourrait se concrétiser ce printemps déjà.

Swisscom en repli

Parmi les gagnants figurent également SGS (+1%) et Givaudan (+0,8%). Swisscom (-0,1%) a glissé dans le rouge en fin de séance. Le géant bleu a annoncé le lancement d'un abonnement qui regroupera tous les services fixe et mobile dans un seul paquet modulable. Les clients auront ainsi la possibilité de composer leur offre personnelle avec internet, la télévision, le téléphone et le mobile.

Sur le marché élargi, KTM (+0,7%) a eu le vent en poupe. L'actionnaire principal du motoriste autrichien, Pierer Industries, a décidé de vendre 27,2 millions de titres, représentant 12,1% du capital-actions. Cette cession se fera dans le cadre d'un placement privé international sans publication de prospectus et au prix prévu de 4,80 à 5,00 francs par titre.

Belimo (+1,3%) a profité d'une étude de Baader Helvea. Le spécialiste des solutions de climatisation, Walter Meier (+7,1%), a réitéré le bond de plus de 5% enregistré la veille, suite à l'annonce de la fusion avec son homologue Tobler. Leclanché en revanche a vu sa cote chuter de 4,5%, après la publication de ses résultats.

ATS

 Toute l'actu en bref