Toute l'actu en bref

Sur la semaine, l'indice vedette de la Bourse suisse, le SMI, a perdu 0,4% (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a clôturé la semaine en nette hausse vendredi, ce qui ne l'a pas empêchée de perdre du terrain sur l'ensemble de la semaine. L'indice des valeurs vedettes (SMI) a gagné 1,12%, clôturant à 8089,91 points.

Sur une semaine, l'indice vedette de SIX a toutefois perdu 0,4%. Le SLI a gagné 1,22% vendredi à 1241,45 points vendredi et le SPI 1,08% à 8836,42 points. Sur les trente blue chips, 27 ont fini dans le vert.

Les investisseurs sont sortis de leur réserve après les dernières données chinoises, qui ont atténué les craintes quant à la santé de la deuxième économie mondiale.

La deuxième bonne surprise de la journée est venue des Etats-Unis, où les prix à la production ont augmenté de manière plus marquée que prévu. Les ventes de détail aux Etats-Unis ont rebondi de 0,6% le mois dernier, conformément aux attentes. On attendait encore, en soirée, une allocution de Janet Yellen, patronne de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Toujours aux Etats-Unis, les mastodontes bancaires Citigroup et Wells Fargo ont dépassé les prévisions des analystes lors du troisième semestre, malgré la baisse des bénéfices. Le résultat net s'est même replié de plus de 10% pour le premier nommé. Wells Fargo a publié ses chiffres quelques jours après le départ de son patron John Stumpf, suite au scandale sur la création de comptes fictifs.

Credit Suisse en verve

En Suisse, les cycliques ont participé à la fête: le cimentier LafargeHolcim (+2,9%) va procéder à des réductions de coûts pour contrer la hausse des prix de l'énergie. Un changement de nom est par ailleurs envisagé, a indiqué le directeur général (CEO) Eric Olsen dans la presse française ainsi que dans le magazine "Finanz und Wirtschaft".

Credit Suisse a grimpé de 3,1%, porté par les performances de ses homologues américains. UBS (+1,3%) est resté un peu en retrait, tout comme Julius Baer (+0,6%).

Schindler (+2,6%) a profité d'une recommandation relevée à "outperform" par la Banque Royale du Canada, tandis que Bernstein a tressé des lauriers à Sika (+2%) dans le cadre d'une étude sectorielle.

Richemont (+2,1%) et Swatch (+2,2%) figurent dans le peloton de tête. Swiss Re a gagné 2,0%, "Matthew" n'ayant pas causé autant de dégâts que craint.

Les poids lourds Nestlé (+1,2%) et Novartis (+1,1%) ont soutenu l'indice, alors que Roche (+0,8%) a fait un peu moins bien. Le géant rhénan a pourtant revendiqué un avis favorable du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) pour une commercialisation en Europe du Venclyxto (venetoclax) dans l'indication contre des formes de leucémie lymphoïde chronique (CLL) résistante.

Syngenta chute

Dans le camp des perdants, on trouve Syngenta (-2,1%). Son repreneur ChemChina fait l'objet de rumeurs de fusion avec un autre groupe étatique chinois, Sinochem. Les éventuelles conséquences pour l'agrochimiste rhénan demeurent inconnues et constituent de nouvelles incertitudes.

Sur le marché élargi, GAM a bondi de 5,8% après la fin d'un gros contrat de vente. Lastminute.com a gagné 4,0% soutenu par un relèvement à "buy" par UBS.

VAT (+0,3%) a annoncé le départ de son directeur opérationnel (COO) et Micronas (+0,3%), repris par la japonais TDK, sera décoté le 25 octobre.

sda-ats

 Toute l'actu en bref