Toute l'actu en bref

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé la séance sur un repli de 0,55% à 7898,21 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a limité la casse mercredi à la clôture, terminant en recul après avoir passé la quasi-totalité de la séance dans le rouge. La fièvre est à nouveau montée sur les marchés financiers mondiaux.

Évoquant l'aversion à l'incertitude des investisseurs, les analystes de xtb online trading ont indiqué que "les risques relatifs aux banques italiennes et au Brexit continuent de peser sur les marchés internationaux. En conséquence, les opérateurs se ruent vers les actifs refuges".

L'actualité des entreprises et sur le plan macroéconomique est restée clairsemée. Aux États-Unis, le déficit commercial s'est nettement aggravé en mai, tandis que l'activité dans les services (ISM) a accéléré en juin. Dans la soirée, la Réserve fédérale américaine (Fed) dévoilera les minutes de sa dernière réunion.

Dans le détail, le Swiss Market Index (SMI) a terminé la séance sur un repli de 0,55% à 7898,21 points, après avoir atteint un plus haut à 7914,44 points peu après l'ouverture et un plus bas à 7845,89 points dans l'après-midi. Le SLI s'est contracté de 0,99% à 1152,17 points et le SPI a abandonné 0,66% à 8517,56 points. Hormis trois titres, les 27 autres valeurs vedettes ont cédé leurs gains.

Credit Suisse dans le rouge

Dufry (-2,6%) est tombé dans le bas du tableau, suivi des assureurs Swiss Life (-2,6%), Swiss Re (-2,5%), Zurich Insurance (-2,2%) et Bâloise (-2%). L'agence de notation Fitch a confirmé la note de solidité financière "AA-" du réassureur. D'autres valeurs cycliques ont subi la pression baissière, à l'instar de Lonza (-2,2%) et Lafargeholcim (-2,2%).

Fortement malmené, le secteur bancaire a limité ses pertes: Julius Baer a perdu 2%, UBS 1,9% et Credit Suisse 1,7%. Le titre de ce dernier est passé, pour la première fois, sous la barre symbolique des 10 francs. Depuis le début de l'année, l'action du numéro deux bancaire helvétique a perdu plus de la moitié de sa valeur.

Geberit (-0,5%) et Schindler (-0,3%) ont aussi limité leurs pertes. Le spécialiste des installations sanitaires restructure son comité de direction et son organisation. Le fabricant d'ascenseurs et escaliers mécaniques a, quant à lui, signé un accord de partenariat stratégique avec GE Digital, filiale de General Electric. Les deux poids lourds pharmaceutiques, Roche (-0,4%) et Novartis (-0,1%), ont également mieux performé.

Sika (+0,4%), Syngenta (+0,3%) et Nestlé (+0,2%) ont tiré leur épingle du jeu. Ils ont fini de justesse dans le vert, sans information spécifique.

Lifewatch en nette baisse

Sur le marché élargi, Lifewatch (-12,1%) a vu son cours s'effriter. Le spécialiste de la médecine à distance a essuyé une lourde perte au premier trimestre et la direction s'attend à ne pas finir l'exercice dans les chiffres noirs.

Von Roll (-10%) a cédé ses gains de la veille, où il avait bondi de 17%. Le groupe avait dévoilé mardi des mesures de restructuration.

Parmi les gagnants, figure Charles Vögele (+5,5%). Un tribunal belge a donné suite à la filiale belge de la maison de mode schwytzoise, qui a déposé une demande de réorganisation judiciaire afin de tenter de sauver les emplois de l'entreprise dans le pays et de se donner des chances de trouver un éventuel repreneur.

sda-ats

 Toute l'actu en bref