Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a fini en recul de 0,68% à 8164,20 points (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note négative jeudi. Après une ouverture nettement positive, le Swiss Market Index (SMI), qui regroupe ses principales valeurs, n'a cessé de perdre de l'élan.

L'effet Opep aura donc fait long feu. La décision surprise de l'Organisation des pays producteurs de pétrole de réduire la production avait fait bondir les prix du pétrole et alimenté le goût du risque des investisseurs car la hausse des prix de l'or noir est synonyme d'accélération de la croissance globale.

Dans leur commentaire de l'après-midi, les experts de Mirabaud Securities "ne veulent pas gâcher la fête". Mais ils rappellent que l'évolution du prix du pétrole dépend de nombreux facteurs. Il serait donc faux de crier victoire trop tôt.

Sur la fin de la journée, divers facteurs ont pesé sur l'ambiance. Des membres de la réserve fédérale américaine (Fed) ont à nouveau mis sur la table la question d'une hausse de taux, lors de la séance de novembre de la banque centrale.

Par ailleurs, les promesses de ventes de logements ont baissé de manière surprenante en août aux Etats-Unis et cela a mis le dollar sous pression. Le franc a, quant à lui, gagné du terrain face à l'euro et au dollar.

Pharmas en perte de vitesse

Dans le détail, le SMI a terminé en recul de 0,68% à 8164,20 points, près d'une centaine de points sous le plus haut du jour de 8281,83 points. Le SLI a cédé 0,55% à 1238,71 points et le SPI 0,61% à 8902,79 points. Sur les trente blue chips, 23 ont reculé et cinq avancé. Clariant et LafargeHolcim ont fini inchangés.

Les deux géants pharmaceutiques, Roche (-1,1%) et Novartis (-1,7%), ont pesé sur l'indice. Des données positives avec le médicament contre la migraine AGM 334 de Novartis n'ont que brièvement soutenu le cours en début de séance.

La biopharma Actelion a perdu 0,9%, perdant du terrain sur la fin alors que le titre avait été longtemps soutenu par le lancement d'une étude sur le traitement de la sclérose en plaque récurrente.

Les autres gros perdants sont Sika (-2,4%), Galenica (-2,2%) et Givaudan (-1,8%). Baader Helvea a retiré Givaudan de sa "top liste", après l'accord sur la réduction de production à l'Opep. La hausse des prix du pétrole est négative pour la branche, a commenté l'analyste qui suit la société.

Destins contraires pour les banques

Les bancaires ont encore une fois retenu l'attention avec les craintes sur la situation financière de Deutsche Bank et l'annonce d'un gros programme de restructuration de Commerzbank. L'établissement financier prévoit de supprimer 9600 emplois.

Credit Suisse a gagné 1,8%, alors qu'UBS a perdu 0,1% et Julius Baer 0,7%. Selon une dépêche de l'agence Bloomberg de la veille, Credit Suisse et Barclays discutent d'un accord avec les autorités américaines pour régler le conflit autour des subprimes. Cela ne paraît pas inquiéter outre mesure les investisseurs.

Credit Suisse mis à part, Aryzta (+0,9%) a également pu terminer dans le vert, malgré la volatilité qui a caractérisé la séance. SGS (-0,3%), très exposé sur l'industrie du pétrole, a perdu sur la fin.

Sur le marché élargi, Gottex (-3,3%) s'est étiolé, après le report de la publication des chiffres semestriels. AMS (-3,3%) a reculé dans les mêmes proportions. Burckhardt Compression (+4,9%) et Evolva (+3,6%) semblent avoir profité de la décision de l'Opep.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS