Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a notamment été soutenue par les données positives des marchés américains (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé dans le vert mardi, notamment soutenue par les données positives des marchés américains, le Dow Jones ayant battu un nouveau record en début de séance. En Suisse, les pharmas se sont distinguées.

L'indice des valeurs vedettes SMI a gagné 0,47%, clôturant à 8370,14 points. Le Swiss Leader Index (SLI) a terminé en hausse de 0,41% à 1329,16 points et le Swiss Performance Index (SPI) de 0,54% à 9161,80 points. Sur les trente principales cotations, 23 ont avancé et 7 ont reculé.

La politique du président américain Donald Trump reste un des thèmes dominants. Aux Etats-Unis les investisseurs espèrent des baisses d'impôts et une régulation plus souple, note un observateur. En Suisse, les penchants protectionnistes de M. Trump obligent à rester sur la réserve.

Lonza grand gagnant

Lonza se démarquait comme le plus grand gagnant du SMI/SLI avec une hausse de 2%. L'émission de titres en vue d'une acquisition aux Etats-Unis avait jusqu'à récemment pénalisé le cours. Givaudan a clairement terminé dans le vert (1,3%), se reprenant après le repli de la semaine dernière en lien avec des résultats jugés décevants.

Les poids lourds Roche (+1,0%) et Novartis (+0,8%) ont fortement soutenu l'indice vedette. Grâce aux investissements de Roche aux Etats-Unis, la société ne devrait pas trop souffrir de la politique protectionniste que M. Trump risque de mettre en oeuvre, notent des analystes.

Actelion (+1,6% à 262,20 francs) s'est rapproché du prix d'achat de 280 francs proposé par Johnson & Johnson. Galenica (+0,9%) a profité d'une révélation de Bloomberg, assurant que la division en deux entités se ferait possiblement au premier semestre.

A la veille de la publication de ses résultats au 4e trimestre, ABB (+0,6%) a aussi avancé mardi. Dans l'ensemble, les analystes tablent sur des chiffres mitigés. Les entrées de commandes devraient avoir encore reculé sur un an, même si certaines, effectuées récemment pour un total de plus de 800 millions de dollars, constituent une lueur à l'horizon.

Les bancaires dans le rouge

Les bancaires ont pour leur part terminé la séance dans le rouge. UBS (-0,2%) a quelque peu bénéficié d'une étude de Merrill Lynch, qui a relevé sa recommandation à "neutral" contre "underperform" auparavant. Credit Suisse (-0,9%) détient la lanterne rouge parmi les blue chips. Les projets de séparation des affaires suisses du reste de la banque ont occupé le devant de la scène ce week-end. Le chef de UBS Suisse a déclaré qu'une telle action n'avait pas de sens pour la première banque helvétique.

Swiss Re (-0,2%) a souffert des résultats de son concurrent allemand Munich Re qui a accusé un recul de ses bénéfices en 2016, mais largement atteint ses objectifs, et son volume de contrats en janvier est resté stable, selon un communiqué mardi.

ATS