Toute l'actu en bref

Attendues avec impatience, les statistiques de l'emploi américain en septembre ont fait brièvement passer le SMI dans le vert vendredi, mais pas durablement (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a encore perdu du terrain vendredi, reculant de 0,56% à 8124,59 points. Attendues avec impatience, les statistiques de l'emploi américain en septembre ont fait brièvement passer le SMI dans le vert, mais cela s'est avéré un feu de paille.

Le SLI a fini vendredi en baisse de 0,51% à 1243,28 et le SPI de 0,62% à 8867,05. Sur les trente blue chips, 26 ont reculé, trois ont progressé et Swatch a fini inchangé.

Les données américaines ont été jugées légèrement décevantes, avec moins de créations d'emploi que prévu par les économistes, alors que les valeurs du mois précédent ont été revues en baisse. La question reste maintenant ouverte de savoir si la Réserve fédérale (Fed) augmentera ou non son taux en décembre.

Une chute éclair de la livre sterling dans la nuit de jeudi à vendredi a aussi suscité quelques inquiétudes. Il semble que le système de négoce automatique ait contribué à cette forte baisse. La faiblesse de la livre ne s'explique pas par les données économiques britanniques et cela pourrait signaler une nouvelle hausse de volatilité.

Swiss Re gagnant du jour

En Suisse, Swiss Re (+1,4%) est le gagnant du jour, après avoir été sous pression en début de séance. Le titre a souffert ces derniers jours des craintes liées aux dégâts que l'ouragan Matthew pourrait faire sur la côte Est des Etats-Unis. Or, à l'abordage de la Floride, l'ouragan a été déclassé en catégorie III, ce qui a nettement réduit les craintes. Le marché estime que les dégâts pourraient s'élever entre 15 et 30 milliards de dollars pour les assureurs. Les analystes jugent par ailleurs que Swiss Re est suffisamment doté en réserves après un bon 3e trimestre.

Dans le sillage de Swiss Re, Zurich a gagné 0,7%. Le troisième larron est Galenica, qui a pris un petit 0,1%.

Dans le camp des perdants, on trouve les cycliques Dufry (-1,9%) et Adecco (-1,2%) avec le poids lourd Nestlé (-1,2%) et la banque privée Julius Baer (-1,3%). Nestlé n'a pas profité d'une confirmation de recommandation d'achat par Goldman Sachs.

Les bancaires en recul

Aux bancaires, UBS a perdu 0,7% et Credit Suisse 0,8%. Après un bon début de séance, ces valeurs ont à nouveau suscité des craintes en relation avec les amendes qui menacent aux Etats-Unis. Par ailleurs, l'Espagne a demandé aux autorités suisses d'obliger UBS à lui transmettre des données de clients.

Kühne+Nagel et LafargeHolcim ont cédé autour de 1%. Actelion (-0,8%) a souffert d'une rétrogradation à "equal weight" de "overweight" par Morgan Stanley qui, après une hausse supérieure à la moyenne depuis le début de l'année, estime le potentiel de hausse supplémentaire limité.

Novartis et Roche ont cédé chacun 0,4%. Le congrès d'oncologie ESMO se déroule à Copenhague jusqu'au 11 octobre et les deux géants bâlois doivent y présenter diverses données sur leurs produits anticancéreux.

Sur le marché élargi, Ems-Chemie (-5,5%) a lancé la saison des chiffres sur neuf mois, sur une note décevante, puisque le chiffre d'affaires a manqué les attentes des analystes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref