Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les manifestations anti-Trump ont repris samedi aux Etats-Unis comme ici à Washington

KEYSTONE/AP/MANUEL BALCE CENETA

(sda-ats)

Quelque 3000 personnes, chiffre de la police, ont manifesté samedi contre Donald Trump à New York à l'appel de la communauté gay. La manifestation a eu lieu autour de Stonewall Park, emblème de la lutte pour les droits des homosexuels au coeur de Greenwich Village.

Brandissant des drapeaux arc-en-ciel et des drapeaux américains, une foule colorée, où se détachaient de nombreux bonnets roses de la Marche des femmes qui avait rassemblé des millions de personnes le 21 janvier, reprenait en choeur des slogans devenus des refrains des manifestations anti-Trump: "Résistez", "Ne restons pas silencieux" ou "Pas de haine ! Pas de peur ! Les réfugiés sont les bienvenus !".

Les manifestants faisaient référence au décret de Donald Trump interdisant l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans dont un juge fédéral a bloqué l'application vendredi soir.

C'est la première fois depuis la prise de fonctions du milliardaire le 20 janvier dernier que la communauté gay organise une grande manifestation à Manhattan.

Plusieurs responsables politiques locaux se sont succédé à la tribune, dont le sénateur démocrate de New York Chuck Schumer. Il a appelé à repousser définitivement le décret, notamment sur les réfugiés.

"Un fasciste" à la tête du pays

Pour Gabriel Blau, l'un des organisateurs de la manifestation, la communauté LGBT est composée "d'immigrés, de musulmans, de femmes. Nous devons défendre toutes les composantes de cette communauté", a-t-il dit.

Dans une ville et une communauté qui ont voté en très large majorité pour la candidate démocrate Hillary Clinton lors de l'élection présidentielle, certains manifestants n'avaient pas de mots trop forts pour Donald Trump. "Je suis venu car nous avons un fasciste à la tête des Etats-Unis et nous devons nous rassembler pour lui résister", a déclaré le réalisateur Steve Lippman.

Même si Donald Trump a promis mardi de ne pas toucher aux droits de la communauté LGBT, beaucoup de manifestants estimaient qu'il cherchait juste à diviser ses adversaires. "C'est de la manipulation", a affirmé M. Lippman.

C'est au bar gay du Stonewall Inn qu'avaient éclaté le 28 juin 1969 des émeutes considérées comme le catalyseur du mouvement pour les droits LGBT aux Etats-Unis. L'ancien président Barack Obama avait fait de ce lieu un monument national en juin 2016.

ATS