Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-président du Conseil Matteo Renzi dit souhaiter la tenue d'élections dès que possible (archives).

KEYSTONE/AP/GREGORIO BORGIA

(sda-ats)

La Cour constitutionnelle italienne a jugé partiellement invalide la loi électorale actuelle, dite "Italicum", mais a laissé en place une bonne partie du mode de scrutin. Cet arrêt rendu mercredi pourrait ouvrir la voie à des législatives anticipées cette année.

La Cour a rejeté l'idée que les élections législatives pourraient se tenir à deux tours, mais accepte qu'un parti qui recueille au moins 40% des suffrages bénéficie d'une prime majoritaire. La loi ainsi amendée pourrait désormais être appliquée sans délai si des législatives étaient convoquées, a ajouté la Cour constitutionnelle.

Le prochain scrutin législatif n'est pas prévu avant le début 2018. Mais l'ex-président du Conseil Matteo Renzi, qui est toujours à la tête du Parti démocrate (PD, au pouvoir) dit souhaiter la tenue d'élections dès que possible.

ATS