La plupart des accidents se produisent sur les places de parking


 Toute l'actu en bref

La plupart des accidents de parcage sont sans gravité, mais les réparations coûtent cher (archives).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA

(sda-ats)

Les instants d'inattention au moment de prendre le volant sont souvent lourds de conséquences. La plupart des accidents de voitures se produisent sur les places de parking.

Les accidents de parcage représentent une part importante des accidents de voiture. L'accroc se produit dans huit cas sur dix lors de manoeuvres de sortie ou de stationnement, mais seulement dans 16% des cas lors de manoeuvres d'entrée de stationnement.

La plupart de ces accidents sont sans gravité, mais ils s'avèrent souvent coûteux et sont de plus en plus fréquents. Alors qu'Allianz Suisse enregistrait en 2010 quelque 15'500 dommages de collision sur un parking, ces derniers sont montés à près de 24'000 à fin 2014, soit une hausse de plus de 50%.

La Bâloise a également constaté une hausse des accidents sur les parkings. Les réparations pour des rayures, de la toile froissée ou des éclats de verre coûtent cher. Le dommage matériel moyen s'élève à environ 2000 francs. Le coût total des accidents de parcage des clients d'Allianz Suisse atteint quelque 50 millions.

Les accidents de parcage représentent plus de la moitié (52%) de la totalité des collisions, selon les statistiques d'Allianz Suisse. Le concurrent AXA Winterthur fait le même constat: ces accidents représentent une part d'environ 40%, malgré les capteurs d'aide au stationnement.

Voitures plus grandes

La tendance en Suisse aux véhicules plus grands, plus larges et plus longs tels que les voitures tout terrain (SUV) augmente de manière considérable les risques de dommages de parcage, souligne Jörg Zinsli, responsable des sinistres chez Allianz Suisse. Aujourd'hui une Golf 7 est un demi-mètre plus longue et 19 centimètres plus large que le premier modèle Golf dans les années 1970.

D'après Allianz, les principaux véhicules concernés par les accidents de parcage sont les monospaces et les SUV. Ils sont nettement plus touchés que les voitures petites et compactes.

Selon des experts de l'assureur, la hausse des accidents de parcage et de manoeuvre est due principalement à la géométrie modifiée des véhicules et à l'urbanisation croissante. Les véhicules ont progressivement gagné en largeur et en longueur, alors que la taille des zones de stationnement n'a que peu évolué.

Aide insuffisante

En outre, les modifications au niveau des structures et du design ont considérablement réduit la visibilité du conducteur par les vitres arrière et latérales.

L'arrière et le capot de la voiture sont devenus plus difficiles à estimer, alors que les véhicules antérieurs avaient des coins plus nets. Parallèlement, les montants des voitures sont devenus plus larges pour des raisons de sécurité, augmentant les angles morts.

Les capteurs de stationnement, entre-temps installés dans de nombreux véhicules de série, n'ont pas pu empêcher la hausse des accidents. Ces systèmes ne peuvent pas détecter de nombreux obstacles, principalement ceux situés sur les côtés.

Certains conducteurs se fient trop à leur système d'aide au stationnement et ne réagissent bien souvent plus à temps, relève également Allianz.

Question d'assurance

"Seuls des systèmes intelligents d'assistance tels que des aides au stationnement automatisées ou des systèmes de freinage d'urgence autonomes pourront améliorer la situation", affirme Jörg Zinsli.

Le concurrent Zurich Suisse parvient à d'autres conclusions. L'assureur ne constate aucune corrélation entre la taille des véhicules, celle des places de stationnement et le nombre d'accidents.

"Nous avons toutefois enregistré ces dernières années une hausse constante de cas de dommages de parcage", a indiqué à l'ats le porte-parole David Schaffner. L'explication est que davantage de clients ont conclu un contrat qui couvre les dégâts de stationnement.

ATS

 Toute l'actu en bref