Toute l'actu en bref

L'accusé a tué son père et sa mère à coups de couteau (photo symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La procureure a requis 20 ans de prison pour assassinat contre un homme qui a tué son père et sa mère à coups de couteau à Zollikon (ZH). La défense a plaidé l'acquittement. Le procès s'est déroulé mercredi devant le tribunal de district de Meilen (ZH).

Les faits remontent à octobre 2014. Le prévenu âgé alors de 30 ans a poignardé ses parents âgés de 66 et 63 ans. Selon l'acte d'accusation, il a d'abord tué son père de 17 coups de couteau, puis sa mère de 40 coups avec un autre couteau. Il a frappé si fort que les lames se sont cassées et sont restées dans les corps des victimes.

Une voisine a découvert les deux corps sans vie. Elle était allée dans l'appartement des victimes après avoir entendu une bruyante dispute. Le fils a été arrêté peu après le double meurtre et il a reconnu les faits lors d'un interrogatoire. Il a alors été placé dans une unité psychiatrique fermée en raison du risque de suicide.

Conflit avec les parents

Lors de l'ouverture du procès mercredi devant le tribunal de district de Meilen, le prévenu a déclaré avoir été en conflit avec ses parents dès son plus jeune âge. Sont venus s'ajouter des problèmes de drogue. Il a commencé à fumer du cannabis à 12 ans et a changé de nombreuses fois d'école. Il a interrompu ses études à plusieurs reprises. Il a aussi été condamné quatre fois par le passé.

Durant le procès, le prévenu a refusé de s'exprimer sur le double meurtre. Il a déclaré pouvoir mieux dormir grâce aux médicaments qu'on lui donne et qu'il évite ainsi de penser à ce qui s'est passé. Il a aussi dit qu'il n'est pas en bonne santé et qu'il est triste.

Le prévenu a agi "sans scrupules et avec cruauté", a déclaré la procureure. Il est schizophrène et souffre de troubles de la personnalité. Un rapport met en évidence le risque que l'homme commette à nouveau des actes violents, a-t-elle ajouté.

Père exigeant

L'avocat commis d'office a plaidé l'acquittement. Le prévenu n'est pas responsable de ses actes. Les parents portent aussi une certaine responsabilité dans les actes commis par leur fils. Le père en particulier exigeait beaucoup de son fils et le frappait presque tous les jours. La mère aussi lui faisait des reproches et lui aurait dit qu'il ferait mieux de se jeter sous un train.

La situation est devenue incontrôlable lorsque le père a tenté d'étrangler son fils par derrière, a dit l'avocat. Le fils a paniqué, croyant qu'il allait mourir. Le prévenu a alors saisi un couteau pour se défendre et a frappé 17 fois son père. Lorsque la mère est arrivée, il a perdu tout contrôle. Il a alors frappé sa mère 40 fois avec un autre couteau.

Légitime défense excessive

Si le tribunal n'acquitte pas le prévenu, l'avocat a demandé une peine d'un an de prison avec sursis pour homicide par négligence dans un état de légitime défense excessive.

Le jugement sera rendu au plus tard à mi-juillet.

sda-ats

 Toute l'actu en bref