Toute l'actu en bref

Le président turc Recep Tayyip Erdogan poursuit son grand nettoyage après le putsch raté (archives).

Keystone/AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO

(sda-ats)

Le gouvernement turc a pris mercredi deux nouveaux décrets: il révoque plus de 2000 policiers et des centaines de militaires et de membres de l'autorité nationale des technologies de l'information et de la communication en lien avec le putsch manqué du 15 juillet.

Parus au Journal officiel, ces décrets, qui s'inscrivent dans le cadre de l'état d'urgence, instituent également la fermeture de l'autorité des télécommunications (TIB). Les fonctionnaires renvoyés, dont 2300 policiers, une centaine de militaires et 196 employés de la BTK, sont accusés de liens avec l'imam Fethullah Gülen, prédicateur exilé aux Etats-Unis qu'Ankara accuse d'avoir orchestré la tentative de coup d'Etat.

En un mois de purge, des milliers de membres des forces de sécurité ont été limogés et l'Etat a fait fermer des milliers d'écoles, d'associations et d'entités diverses. Parallèlement aux dizaines de milliers de fonctionnaires suspendus ou révoqués, plus de 35'000 personnes ont été interpellées, dont la moitié environ ont été officiellement arrêtées et placées en détention provisoire.

Liberté conditionnelle

Face à cet accroissement de la population carcérale, le gouvernement a pris mercredi un autre décret réformant le régime de liberté conditionnelle. Sur son compte Twitter, le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, précise que 38'000 prisonniers devraient en bénéficier. Il s'agit de prisonniers condamnés pour des faits s'étant produits avant le 1er juillet, donc avant le putsch raté de la mi-juillet.

La mesure de libération anticipée sous contrôle judiciaire "n'est pas une amnistie" et "concerne les crimes commis avant le 1er juillet", mais pas les meurtres, actes de terrorisme ou atteintes à la sécurité de l'Etat, a annoncé le ministre dans une rafale de 19 messages sur Twitter. "En conséquence de cette mesure, environ 38.000 personnes seront libérées de prison dans une première étape", a indiqué le ministre.

sda-ats

 Toute l'actu en bref