Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Fédération internationale a confirmé la suspension de la Russie, accusée de dopage institutionnalisé. Les athlètes russes manqueront donc les Championnats du monde à Londres, en août.

La décision a été annoncée par le président de la Fédération internationale (IAAF) Sebastian Coe à l'issue d'une séance du conseil de l'instance à Monaco. "L'Agence russe antidopage (RUSADA) devrait être à nouveau en partie opérationnelle d'ici le mois de mai, mais elle ne pourra pas fonctionner pleinement avant novembre", a déclaré le chef de la task force de l'IAAF sur le sujet, Rune Andersen. Des progrès ont été faits en Russie depuis les révélations sur le dopage à grande échelle, mais il faut encore avancer. La fédération russe ne pourra pas être réintégrée avant novembre prochain.

L'IAAF veut cependant donner la possibilité aux athlètes russes pouvant prouver s'être soumis à des contrôles indépendants au cours des derniers mois de concourir sous pavillon neutre. Une trentaine d'athlètes de ce pays ont du reste déjà déposé une demande en ce sens afin d'être admis pour les Championnats d'Europe en salle de Belgrade (3-5 mars).

La Russie avait été suspendue en novembre 2015, après des accusations de l'Agence mondiale antidopage (AMA) sur un "dopage organisé". Ces accusations ont ensuite été étayées par la publication du rapport Mclaren, qui a révélé notamment la complicité du laboratoire de Moscou. Le système aurait été instauré en 2011 et concernait de nombreux sports, d'été comme d'hiver.

ATS