Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une des nombreuses manifestations en Suisse contre le régime de Recep Tayyip Erdogan, ici à Genève en décembre dernier.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

La Suisse a refusé l'entraide judiciaire à la Turquie dans une affaire concernant des propos offensants à l'égard de son président Recep Tayyip Erdogan. La liberté d'opinion prévaut en Suisse, relève l'Office fédéral de la justice.

Quatre demandes avaient été déposées par la Turquie, en lien avec des propos insultants véhiculés sur les réseaux sociaux. Berne a rejeté ces requêtes déposées mi-janvier, a dit jeudi Folco Galli, le chef de l'information de l'Office fédéral de la justice, au téléjournal alémanique de SRF.

Pour être acceptées, les demandes d'entraide auraient dû remplir plusieurs conditions. Par exemple, l'acte invoqué doit être punissable dans les deux pays, rappelle l'OFJ. Pour octroyer l'entraide, la Suisse aurait aussi pu se baser sur l'atteinte à l'honneur ou l'outrage à un Etat étranger.

Et Folco Galli d'ajouter: "Si des critiques semblables avaient été exprimées en Suisse contre un conseiller fédéral dans le cadre d'un débat politique, cela aurait été naturellement toléré comme l'expression d'une libre opinion".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS