Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lara Gut est d'attaque pour les championnats du monde de St-Moritz. Une semaine après sa chute à Cortina d'Ampezzo, la Tessinoise se dit "fit à 100%".

"J'ai passé la semaine à me faire soigner par mes physiothérapeutes. Ce n'était évidemment pas la préparation souhaitée pour les Mondiaux, mais il faut savoir s'adapter", a-t-elle relevé dimanche devant la presse, à la veille des premiers entraînements en descente. "Au vu de ma chute, cela aurait pu être pire. Je peux donc m'estimer heureuse d'être là", a ajouté celle qui s'en était tirée avec de grosses contusions à Cortina, à la jambe, au bras et à l'épaule.

Apparue très détendue devant une foule de journalistes, jonglant avec toujours aussi d'aisance de l'allemand au français en passant par l'italien, Lara Gut a précisé qu'elle ressentait encore une gêne, mais davantage dans sa vie quotidienne que sur ses skis. "Je ne serai pas handicapée pour les courses", a-t-elle assuré.

Pas question donc de revoir son copieux programme à St-Moritz, où elle participera à quatre courses (super-G, descente, combiné alpin et géant). "La seule chose qui va changer, c'est que je vais passer beaucoup de temps avec mes physios durant la quinzaine, alors que je fais généralement peu appel à eux", a-t-elle remarqué, prévenant aussi les journalistes qu'elle réduirait au maximum ses interventions médiatiques.

Encore jamais titrée dans un rendez-vous mondial ou olympique, Lara Gut est sans doute l'athlète la plus attendue à St-Moritz. De quoi ressentir une forte pression ? Pas si l'on croit la principale intéressée qui, comme à son habitude, a relevé qu'elle faisait fi des attentes. "Je vais essayer de faire de mon mieux. C'est la seule chose que je peux influencer. On verra dans deux semaines si cela était suffisant pour les médailles", a-t-elle dit dans une réponse typiquement "gutienne".

ATS