Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Celui qui veut vivre dans la démocratie suisse doit aussi défendre les valeurs dont il profite - ou être conséquent et retourner dans son pays d'origine", écrit le Blick.

(sda-ats)

Le Blick a appelé les Turcs de Suisse à voter "non" le 16 avril au référendum constitutionnel du président Recep Tayyip Erdogan. L'appel en Une du quotidien alémanique, paru en allemand et en turc, a été critiqué par le ministère turc des affaires étrangères.

"Votez 'non' à la dictature d'Erdogan", écrit le Blick dans son édition de lundi. Le journal rappelle que le chef d'Etat turc organise depuis quelques mois une tournée de propagande électorale dans plusieurs pays européens pour récolter des voix auprès des quelque trois millions de Turcs vivant à l'étranger.

En revanche, le Blick se prononce clairement contre l'interdiction de meetings de responsables turcs. La liberté d'expression existe en Suisse, contrairement à la situation en Turquie, affirme le titre zurichois. "Néanmoins, celui qui veut vivre dans la démocratie suisse doit aussi défendre les valeurs dont il profite - ou être conséquent et retourner dans son pays d'origine."

"Journalisme impartial" demandé

Le ministère turc des affaires étrangères a vivement réagi à la publication. Dans un communiqué, il engage le Blick à respecter les règles d'un "journalisme impartial" dans le cadre d'articles sur la Turquie. "Nous attendons en outre que des mesures soient prises pour réparer les propos irrespectueux à l'égard de notre président", poursuit le ministère à Ankara, cité par l'agence dpa.

Contacté par l'ats, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué qu'il ne commentait pas ces articles.

ATS