Le Chili ravagé par les feux de forêt


 Toute l'actu en bref

La présidente Michelle Bachelet a parlé de "pire désastre forestier" de l'histoire du pays.

KEYSTONE/EPA EFE/ELVIS GONZALEZ

(sda-ats)

Au moins neuf morts, des milliers de personnes évacuées, des villages rasés: le Chili est confronté à des feux de forêt. Ils sont qualifiés par la présidente Michelle Bachelet de "pire désastre forestier" de l'histoire du pays.

Les flammes se sont propagées depuis un peu plus d'une semaine dans sept régions du centre et du sud du pays, attisées par des températures très élevées et des vents violents, ravageant près de 270'000 hectares.

Selon le gouvernement chilien, un pompier volontaire, deux policiers, trois pompiers forestiers ("brigadistes") et trois habitants des zones sinistrées ont trouvé la mort.

Jeudi matin, les flammes ont atteint la localité rurale de Santa Olga et d'autres petites communes de la région de Maule, à 280 km au sud de Santiago. Ces localités sont les premières à être intégralement détruites par le feu.

"Heureusement, on a pu évacuer tout le monde et nous n'avons pas de pertes à déplorer, sauf des dégâts matériels", a déclaré Michelle Bachelet dans une conférence de presse.

Ruraux touchés

Le nombre des foyers actifs s'est cependant réduit de 64 à 55, tandis que 53 autres sinistres sont désormais sous contrôle et que 23 ont été totalement maîtrisés, selon le dernier bilan fourni par le Bureau national des urgences (Onemi). Les incendies frappent en particulier des localités rurales où vivent pour l'essentiel des agriculteurs et des éleveurs de bétail.

D'importantes entreprises forestières ont également été touchées, principalement dans la région de Maule, où les flammes ont ravagé 160'000 hectares, constitués pour l'essentiel de pins et d'eucalyptus.

Les pertes économiques occasionnées par cette catastrophe "sont considérables et incalculables", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Carlos Furche.

La région de Maule, tout comme celle de Biobio, à 550 km au sud de Santiago, et de O'Higgins (centre) ont été placées en "état d'urgence constitutionnelle" par décrets présidentiels.

Aide internationale

Plus de quatre mille personnes, pompiers, enquêteurs, carabiniers, militaires et civils, sont mobilisés pour venir à bout des incendies.

Michelle Bachelet a annoncé qu'une enquête serait ouverte pour déterminer les causes de ces incendies. "La multiplicité des foyers ne nous permet pas d'écarter qu'il y a ici une dimension intentionnelle", a estimé la présidente.

L'aide internationale commence à se mobiliser. Des spécialistes français et des volontaires colombiens sont arrivés jeudi au Chili pour gagner la région de Biobio et lutter contre le feu avec les volontaires déjà sur place.

ATS

 Toute l'actu en bref